vendredi 10 janvier 2020

Stage Comprendre et exprimer l'échelle monumentale, en valeurs et en couleurs, les 22 et 23 février 2020 ...


Je propose un nouveau stage d'aquarelle à la cité de l'architecture: Comprendre et exprimer l'échelle monumentale, en valeurs et en couleurs, les Samedi 22 et dimanche 23 février 2020 de 11h à 18h.
Ce stage propose de regarder un lieu et un espace autrement. En prenant le temps d’analyser l’espace, de le décomposer, les participants cherchent à en comprendre les éléments constitutifs et la profondeur. Au pinceau, à l’aquarelle, ils le saisissent en grandes masses de couleurs et de valeurs plutôt que par la ligne et le contour. À travers une série d’exercices et d’expérimentations, ils s'essayent à exprimer et capturer l’espace vertigineux, monumental des collections de la Cité.

samedi 4 janvier 2020

Daniel ...


Mon amour Daniel est décédé le jeudi 26 décembre 2019 au matin, serein et apaisé, après une lutte courageuse et belle contre un cancer du poumon. Ton esprit était si vif, grand et généreux. Tu continueras longtemps à jouer, chanter et parler dans nos âmes et nos souvenirs. On a tellement grandi ensemble, on en a presque oublié que le temps était compté...

My love Daniel died on Thursday December 26, 2019 in the morning, serene and peaceful, after a courageous and beautiful fight against lung cancer. Your mind was so bright, huge and generous. You will continue to play, sing and speak for a long time in our souls and memories. We grew up together so much, we almost forgot that time was running out ...

lundi 9 décembre 2019

Suivez-moi dans l'Urban Sketch Voyage 2020 sur les traces de Victor Hugo! ...


L'équipe Urban Sketchers Rhein-Main vous propose un long week end de workshops, rencontres et dessins autour du voyage de Victor Hugo le long du Rhin du 9 au 12 juillet 2020.
Ce sera l'occasion de découvrir ou redécouvrir les textes et dessins de Victor Hugo avec un regard contemporain sur cette région et son atmosphère.
Je donnerai un workshop ainsi que Jenny Adam et Sebastian Lörscher.
Tout est expliqué sur le blog Urbansketchers Rhein-Main.

Les inscriptions ouvrent dimanche 15 décembre à 16h sur Eventbrite alors ne les manquez pas!
Pour le programme complet, c'est 230€.

mercredi 27 novembre 2019

Lauréate d’une bourse USK Community Workshop Grant


Depuis avril 2019, je travaille avec Urban Sketchers Paris et le Secours Populaire sur des ateliers pour enfants dans des lieux culturels. Nous avons déjà donné 4 ateliers jusqu’à juin et nous recommençons depuis la rentrée de septembre.

Le deuxième atelier , avec les enfants du Secours Populaire, se déroule au musée Guimet, musée des arts asiatiques à Paris. Après un repérage minutieux des lieux, nous décidons de faire voyager les enfants : ils seront les aventuriers, les explorateurs de contrées asiatiques à la recherche des temples, divinités, animaux, végétation luxuriante, ils croiseront des marchands, des caravanes et des lions et rois gardiens!
Comme nous devons faire de petits groupes (maximum 8 enfants), je conçois 3 cours à donner simultanément :
Lieu 1 / Atelier 1 / RDC - cour Khmer

« Au coeur de la Jungle, explorer un temple Khmer au Cambodge ! » Les enfants sont les archéologues, les explorateurs. Ils se promènent dans la jungle et découvrent de grandes statues de divinités et des morceaux de temples.
Lieu 2 / atelier 2 / RDC - Art Cham Vietnam
« Partir à la découverte d’animaux fantastiques. » Dans le musée Guimet, vers les arts Cham, certains animaux sont représentés seuls, d’autres associés entre eux et les derniers à des morceaux de corps humains. A la manière d’explorateurs, on va les chercher, les découvrir, les dessiner pour les comprendre.
Lieu 3 / atelier 3 / 1er etage - Chine antique
« Expression et mouvements chez les marchands de la route de la soie. » Entre le 2ème et le 8ème siècle, les marchands partent sur les routes de la soie. Ce sont de grands voyages terrestres avec de longues caravanes (bagages chameaux, hommes, marchandises, etc). Ils bravent les éléments, le climat, la chaleur, le vent, la pluie, le froid, etc. Il y a beaucoup de difficultés, c’est une véritable aventure.
Sur cette route, on rencontre des hommes, des gardiens et des animaux.



Pour ce projet, j’avais candidaté auprès d’Urban Sketchers pour une bourse dont j’ai été lauréate.
Grâce à cette bourse, j’ai acheté des carnets (A5) pour les enfants, des craies aquarellables aux couleurs particulières : beaucoup de verts pour dessiner la jungle et les arbres, des tons d’ocres, de rouge et de gris pour les pierres et les terres cuites. Nous avons aussi des feutres fins noirs pour dessiner, des crayons graphites aquarellables et des crayons blancs. Nous ne savons jamais à l’avance combien d’enfants viendront alors nous avons prévu du matériel pour 24.
Nous avons même des tee shirt Urban Sketchers Paris pour se reconnaître dans la foule du Musée. 



Les enfants arrivent avec un peu de retard, ils sont finalement 13, nous donnerons donc donc 2 ateliers .
Je m’occupe de celui de la jungle (pour les petits) et Brigitte de celui des animaux (pour les plus grands). Nous sommes chacune assistée d’un dessinateur du groupe. Les autres feront des photos et dessineront la séance.
Nous installons des bâches sur le sol et déballons tout le matériel. Le cours peut commencer. Je leur donne le carnet A5, une carte de l’Asie et leur explique que l’on va faire un carnet de voyage ensemble, un voyage à travers les temples et divinités du Cambodge aujourd’hui.



La séance suivante est autour des figures et personnages, je me régale à dessiner les enfants et leurs sujets du jour !

vendredi 15 novembre 2019

Une semaine d’actions d’Extinction Rebellion à Paris / part 2 ...



Le samedi suivant, je me retrouve à côté de l’Assemblée nationale. Les rebel.l.e.s ont bloqué pacifiquement le pont de la Concorde. Je prépare mon matériel et m’approche au plus près : 5 ou 6 déesses rouges entourés de rebel.l.e.s assis.s.e.s au sol sont entouré.e.s de CRS. Je me dépêche de les croquer mais rapidement les sommations sont données et la police nous précise que l’on doit vraiment reculer si on ne veut pas se faire « nasser ». 

Je me recule tout en continuant à peindre... je cours un peu, petite montée d’adrénaline...



Le reste du camp est installé en bas sur le quai de la Seine. L’ »Archipel des nouveaux mondes » s’installe tranquillement, des artistes, des conférenciers, des jeux pour grands et petits pour comprendre où en est notre monde par rapport au climat...

Je peins les musiciens qui vont et viennent eux aussi... personne ne reste en place! C’est un bon challenge pour capturer rapidement des attitudes ou des expressions.



Puis je remonte vers le blocage, j’essaie de trouver un point de vue où je voie l’Assemblée nationale, les manifestants et les banderoles. La meilleure place serait à l’intérieur de la nasse mais je ne m’y risque pas. Je reste à distance et peins rapidement car je sais que je peux être délogée à tout moment.



Le dernier dessin se fait à l’arrache, debout au son de la Batucada escortée par une horde de CRS, elle va rejoindre les rebel.l.e.s sur le pont. J’avance, je recule, j’essaie d’être au plus près pour capter cette ambiance... on sent la pression, qui était montée entre la police et les manifestants, redescendre un peu grâce aux rythmes brésiliens. Finalement la Batucada disparaît dans la nasse du pont de la Concorde.

Le blocage durera encore quelques heures mais je me suis échappée bien avant...

lundi 11 novembre 2019

Une semaine d’actions d’Extinction Rebellion à Paris / part 1 ...


Cela fait quelques temps que j’ai repris le chemin des manifs. Je suis un peu craintive alors je choisis des manifestations non-violentes dans lesquelles je vais pouvoir peindre et dessiner.
Après quelques vendredi « pour le Climat » avec les lycéens et une manifestation contre les Féminicides cet été, j’ai été sollicitée pour rapporter des traces dessinées de la RIO d’octobre par Extinction Rébellion, mouvement non violent qui demande une prise de conscience rapide et concrète des gouvernements sur la reconnaissance de la gravité et de l’urgence des crises écologiques, la réduction des gaz à effet de serre et l’arrêt immédiat de la destruction des écosystèmes terrestres et océaniques.
Notre premier rendez-vous est plutôt cool, un rassemblement pour célébrer l’ouverture de la semaine de festivités. Nous sommes au parc de la Villette, il fait un peu frais, il y a du monde, de tous horizons, jeunes et moins jeunes. C’est calme et détendu.
Dans la première aquarelle, la foule est traitée quasiment en noir et blanc, gamme de gris colorés et ce sont les couleurs vives des drapeaux qui donnent le mouvement, le bruissement, le dynamisme à la scène. C’est une foule mouvante traitée d’un seul geste sans détail. On la sent palpiter.



Je me déplace dans cette foule et rencontre la fanfare vermillon, ils s’échauffent et répètent quelques morceaux. Positionnés devant une folie, les musiciens en rouge créent une magnifique harmonie avec le cramoisi brillant du bâtiment. Je sens qu’ils vont bientôt terminer et se déplacer alors je me dépêche de capturer la brillance des instruments et l’excentricité de leurs costumes!



Il y a tellement d’actions ou de performances à capter que je ne sais pas où donner de la tête. Mais je ne peux pas résister à peindre une vue d’ensemble avec la passerelle et les Folies rouges caractéristiques du parc de la Villette. Les drapeaux aux couleurs vives et au sigle noir puissant créent une farandole criarde et colorée.

Je dois m’éclipser mais je reviendrai samedi prochain pour « l’Archipel des nouveaux mondes ».

jeudi 24 octobre 2019

Suite de la résidence à Saint-Briac, sous le soleil ...



Le jeudi , nous nous retrouvons derrière le golfe, le long du chemin des douaniers. La cote est très découpée. Les rochers sont plus puissants, plus sombres que ceux que j’ai peints hier. J’aime le rapport du premier plan avec les rochers imposants et l’île du Perron à l’arrière plan. Je fais aussi un carnet accordéon, ce n’est pas simple car quand on peint à l’aquarelle on doit le déplier dans sa totalité. Sinon on ne peut pas peindre dans un mouvement continu. Entre le vent et le sable, ma boîte d’aquarelles est désormais pleine de sable et de sel.


C’est depuis la Garde Guerin, que l’on a une vue fantastique sur le golfe et sur la côte. Je me dit qu’un format panoramique serait judicieux... c’est très intéressant de peindre en grand sur le vif mais peu confortable. J’ai de la peine avec le terrain en pente, le soleil qui tape et ces deux feuilles accolées l’une à l’autre. Je dois aller vite car je sais que je ne pourrais pas rester trop longtemps ... j’essaie simplement de capturer l’atmosphère sans m’attarder sur les détails.



Le vendredi je m’intéresse au petit port et à l’estran à marée descendante . L’eau qui se retire joue en reflets et scintillement avec les bans de sable. Quelques bateaux sont à peine suggérés. Le pont crée une belle partition dans la composition.



Je termine la journée par les canots colorés échoués dans l’estran, on a à nouveau ce merveilleux scintillement de la lumière sur le sable mouillé, ces éclats d’argent sont incroyables à peindre .

Cette série de Saint Briac est étonnante car elle relate un moment de lumière intense avec une clareté incroyable du ciel. Certains diront que ce ne sont pas les couleurs de la Bretagne... en effet je m’attendais à peindre des ciels torturés et j’ai peint les couleurs de la Provence!

[ aquarelles 36x48cm sur papier aquarelle ]