dimanche 17 octobre 2021

Sur une péniche sur la Seine...

 

Pédaler tout le long de la Seine pour arriver enfin à Sèvres en face de la Seine Musicale sur une couette péniche. Profiter du temps qui passe, du soleil qui se couche, des reflets miroitants sur l’eau et sur la grosse boule en face de moi. L’architecture de Shigeru Ban et Jean de Gastines me pousse dans mes retranchements. Je ne sais plus quoi choisir entre l’entrelacs des joncs d’osier et les reflets de la coque miroitante. Le temps est changeant, il fait soudain vibrer la boule pour ensuite l’éteindre dans un éclair.


L’eau offre aussi mille possibilités et divertissements colorés. Mais elle est souvent brouillée par les péniches, canoës et bateaux à moteur qui passent devant nous plus ou moins rapidement. En quelques heures, je me sens chez un peu chez moi, si proche de l’eau. Même si cette proximité est un peu angoissante et que le mal de mer me guette à chaque instant.

[ aquarelles 40x30cm sur papier aquarelle – ©Marion Rivolier ]

mercredi 13 octobre 2021

Lourmarin des Carnets, rencontres et partage au rendez-vous du carnet de voyage ...

Mi-septembre, j'ai eu le plaisir de présenter (enfin) mon travail à nouveau au public lors du festival de carnets de voyage à Lourmarin. Exposer, discuter, débattre, rencontrer et découvrir de nouveaux artistes, cela m'avait tellement manqué!


J'ai aussi proposé mon livre "Capturer l'âme d'un lieu par la forme et la couleur à l'aquarelle" aux éditions Eyrolles et peint des dédicaces jusqu'à épuisement du stock.


La lumière de Provence est douce et belle, notamment au petit matin, seul moment de calme pour pouvoir la capturer. Le château de Lourmarin était alors doré par les rayons du soleil.



Les soirées se terminent en musique avec une belle bande de carnettistes, Philippe, Margot, Violaine, Sylvie, Ludivine, Raphaël, Olaf, et bien sûr, Pierre Croux et Marie-Claude, les organisateurs énergiques de cet événement. Un grand merci à eux et à tous les bénévoles pour leur travail et leur implication.

[ aquarelles 21x60cm sur carnet aquarelle et photos – ©Marion Rivolier ]

dimanche 10 octobre 2021

La Fête des couleurs à La Mothe Saint-Heray ...

                  

Depuis que mes amis se sont installés à la Mothe-Saint-Heray l’année dernière, on a fait un tour de saison. J’ai peint chacune des saisons, qu’il vente, qu’il gèle ou qu’il fasse 40° à l’ombre. Cet été ne ressemblait pas du tout à l’été dernier. Beaucoup plus humide, vert et touffu. J’ai donné un stage début juillet n botte et dans la gadoue, rien à voir avec la chaleur étouffante de 2020.
Pour fêter ce tour de cadran, j’ai proposé à quelques amis de participer au concours de dessin/peinture du 15 août, une belle occasion de passer du temps ensemble, de découvrir le village et de se marrer. Couleur, traits, peinture ou dessin, tout est ouvert pour ce concours. Il y a peu d’inscrits mais on passe une chouette journée autour de l’Orangerie, du cèdre centenaire et du théâtre de verdure.
C’est vrai qu’à la fin, on a raflé quatre prix sur six et moi, le premier en dessin, avec mon cèdre !

On y retourne l’année prochaine ?

 

[ aquarelles 40x30cm sur papier aquarelle – ©Marion Rivolier ]


[ photographies – ©Marie Hourcastagnou ]


mercredi 6 octobre 2021

Suivre la ligne Verte à Nantes ...





Cet été, j’ai couru, marché, roulé, je ne me suis pas arrêtée…
Je n’ai pas eu le temps d’écrire même si j’ai peint ici et là.
J’adore le Voyage à Nantes, suivre la ligne verte, au pas de course, dans le froid et sous la pluie, tel était le programme cette année.
Mais il ne fallait pas manquer Le Naufrage de Neptune de Ugo Schiavi échoué dans la fontaine patrimoniale de la place Royale. Œuvre monumentale, exceptionnelle, comme on ne l’a pas vu depuis longtemps à Nantes.
 

Le castor au bout de la branche de Laurent Le Deunf se découvre presque par surprise… Une dame me croise, regarde mon dessin et me dit : «Rigolo ce castor, je ne l’avais même pas remarqué avant de voir votre aquarelle, alors que je passe devant tous les jours .» Incroyable ! Dessiner pousse les autres à (vraiment) regarder.



Comment ne pas aller voir les propositions de Romuald Hazoumé au château des Ducs de Bretagne ? Accompagné de l’historien Gildas qui commente le parcours du musée (traite et esclavage), Hazoumé présente ses masques, ses amoncellements de bidons d’essence mais surtout une tenue d’Egun faite de plastiques recyclées, puissante.



Juste à côté du jardin extraordinaire dans le quartier de Chantenay, il y aura dans quelques années l’arbre aux hérons, le nouveau projet des Machines de Nantes. J’ai hâte de le voir.
En bas de la colline, au bord de l’eau, un nouveau lieu artistique et social ouvre les horizons des nantais. La grue a été classée monument historique. On peut y prendre la navette fluviale pour rejoindre directement l’île de Nantes. J’ai fait l’aller-retour plusieurs fois de suite pour pouvoir peindre sur l’eau. J’aime tellement cela !


[ aquarelles 40x30cm sur papier aquarelle et 21x60 cm sur carnet Moleskine – ©Marion Rivolier ]

mercredi 29 septembre 2021

Encore quelques jours pour voir l'arc de Triomphe emballé ...

 



Depuis fin juillet, je suis le processus de montage de l'installation "L'arc de Triomphe, Wrapped", de Christo et Jeanne-Claude à Paris.
Depuis le 18 septembre, l'arc de Triomphe est emballé et crée remarques et réactions de toutes sortes. J'ai pu, pour la première fois, marcher sur la place de l'Etoile, peindre, dessiner, flâner et regarder cette œuvre envoutante au dessin d'une grande épure.
Pas de voiture sur la place pendant les trois week-ends jusqu'au 3 octobre, profitons-en!
Bientôt, le Step by Step, affaire à suivre...
#directwatercolor
#watercolor
#croiseederegards
#capturerlamedunlieu

mardi 3 août 2021

Stage d'aquarelle à la Cité de l'architecture et du patrimoine / 7 et 8 octobre 2021 ...

 

Nous avons  programmé avec la Cité de l’architecture et du patrimoine un nouveau stage exceptionnel de deux jours à l’aquarelle dans les magnifiques espaces de la cité.

Il aura lieu les Jeudi 7 et vendredi 8 octobre 2021 de 11h à 18h.
Les inscriptions se font directement sur le site de la cité de l’archi.

Un stage d'aquarelle, directement au pinceau, avec Marion Rivolier, peintre, scénographe et membre active des Urban Sketchers Paris:
Ce stage invite à saisir un lieu par la couleur. En prenant le temps d’analyser l’espace, de le décomposer, les participants cherchent à en comprendre la profondeur, les ombres, les lumières et les couleurs. Directement au pinceau, à l’aquarelle, sans esquisse préalable, ils l’expriment en larges masses de valeurs et de mélanges colorés plutôt que par la ligne et le contour. À travers une série d’exercices et d’expérimentations, ils s'essayent à synthétiser et capturer l’espace complexe des collections de la Cité.
Un stage en toute sérénité

Pour que le stage se déroule sous les meilleurs auspices, des mesures sanitaires sont mises en place pour assurer la sécurité des participants et de l'intervenant. La Cité s’attache à garantir un confort optimal et des conditions d’accueil et d’échanges agréables.

vendredi 30 juillet 2021

Exposition et atelier à Lourmarin les 11 et 12 septembre 2021 ...

 


Je serai au salon du Carnet de Voyage à Lourmarin les 11 et 12 septembre 2021.

Je vous y propose un atelier en extérieur :
Capturer l’espace en valeurs colorées / premiers pas en Direct Watercolor
Explorer l’espace au fil du pinceau directement à l’aquarelle. Apprendre à observer, analyser, interpréter et raconter sa propre histoire. Directement au pinceau, sans dessin préalable, sur un carnet de croquis. Explorer les possibilités de l’aquarelle pour composer, cadrer, explorer les valeurs et contrastes colorés, peindre avec le vide et apprendre à faire des choix.
Samedi 11 septembre de 13h30 à 15h30
Coût : 30 € – durée 2h – ADULTES

Les inscriptions se font par mail à marionpro.rivolier[at]gmail.com

mardi 27 juillet 2021

Retour au musée, une pure joie! ...


Quelle joie de retourner dans les musées, visiter les expositions, découvrir de nouvelles œuvres!
Dans le désordre, j'ai retrouvé ce magnifique artiste El Anatsui à la Conciergerie de Paris avec une installation multiformes, sculpture et vidéo, dans un calme absolu : EL ANATSUI REVISITE LA CONCIERGERIE jusqu'au 14 NOVEMBRE 2021.


J'ai été brusquée par l'espace rude de Anne Himhof au Palais de Tokyo (Carte blanche à Anne Imhof, Natures Mortes jusqu'au 24/10/2021): elle a mis les espaces à nu, à l'os, plus de décoration, plus de fioriture, pas de cimaise superflue ou de tentative de séduction par une beauté facile. Ses artistes invités donnent un peu de sensualité à sa proposition.
Je n'ai pas vu les performeurs en action dans l'oeuvre, cela m'a manquée. L'artiste crée une oeuvre qui s'habite et se transforme par des corps. On aimerait pouvoir y assister...


L'artiste JR nous amuse au Trocadéro (jusqu'au 19/07/2021) à reconstituer la tour Eiffel dans un gouffre béant. La file de gens souhaitant se (faire) photographier dans cette faille était tellement longue que je me suis installée devant mais sans pouvoir "recoller" le haut au bas de la tour Eiffel. C'était plutôt marrant de peindre ce décalage!
[ aquarelles 40x30cm sur papier aquarelle – ©Marion Rivolier ]

mercredi 23 juin 2021

Interview dans BALISES, BPI, à propos d'Urban Sketchers Paris ...

 

Article à lire dans BALISES, le magazine de la BPI du Centre Pompidou. Je présente le collectif Urban Sketchers Paris qui va intervenir dans le Centre Pompidou les samedi 26 et dimanche 27 juin de 15h à 18h. 

L'article complet est à découvrir sur BALISES.

Et pour nous venir dessiner avec nous, c'est samedi et dimanche.

lundi 14 juin 2021

Quelques places encore pour le stage d'aquarelle en nature! ...


IL RESTE DE LA PLACE POUR LE STAGE : Capturer la nature en valeurs et en couleurs – du 6 au 10 juillet 2021 - Les Deux-Sèvres / La Mothe-Saint-Héray

Pour demander le programme complet et s'inscrire, écrire à : marionpro.rivolier[at]gmail.com

En cinq jours, je vous propose d’explorer les environs de La Mothe-Saint-Héray (dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine), ses paysages ruraux et ses sous-bois, au fil du pinceau et de la couleur à l’aquarelle. Nous serons basés au lieu dit Trémont et nous rayonnerons autour en fonction des sujets à traiter.
Il s’agira d’apprendre à observer, analyser, interpréter et raconter sa propre histoire sur les lieux traversés. Nous travaillerons, directement au pinceau, sans dessin préalable, sur un carnet. Nous explorerons les possibilités de l’aquarelle pour composer, cadrer, travailler le mouvement, explorer les valeurs et contrastes colorés, peindre avec le vide et apprendre à faire des choix.

mercredi 9 juin 2021

Back to Benin - Days 6 & 7 ....

Jour 6 Ouidah
C’est une grosse journée qui commence au fort portugais à Ouidah, pour toute une journée de réunions de chantier, de prises de côtes et validation d’échantillons. On enchaîne les taches les unes après les autres, au pas de course. On emploie de l’heure du déjeuner pour aller à la Fondation Zinsou, manger rapidement et visiter (encore plus rapidement ) l’exposition « Gros Câlin » de Jeremy Demester. Une peinture flamboyante et habitée par Ouidah, ses habitants et ses fantômes. La fondation est toujours un lieu enchanteur, moment d’apaisement dans le tumulte. Le café a été réaménagé, les murs sont peints en outremer pur. Les plantes envahissent ce lieu et leur vert acide chante avec le ocre orangé de la latérite des murs extérieurs.



Jour 7 Cotonou
Je profite du dernier matin tôt pour peindre une vue sur la statue gigantesque de l’Amazone. Elle est toujours emballée et protégée des regards avant son inauguration. Elle est immense la taille d’un immeuble planté au milieu d’une vaste esplanade vide. Au lointain, on devine les grues du port. C’est là que vont arriver les containers avec tous les aménagements scénographiques pour le musée Internationale de la Mémoire et de l’Esclavage MIME sur lequel nous travaillons. Beaucoup d’ouvriers y travaillent nuit et jours, nous les voyons entrer et sortir avec leurs casques et gilets fluos.
 
                                 
Entre deux réunions, je crobarde quelques personnages sur mon mini carnet. Le papier est un peu fin mais j’arrive quand même à poser un peu de couleurs. J’aime bien dessiner ces silhouettes en quelques secondes. Je capture la forme d’un œil en amande, un sourire ou une moue fatiguée qui s’esquisse derrière un masque, ou une position si caractéristique d’un dos plié en deux pour ramasser un objet à terre.
J’ai tellement de lumière, de couleurs, de motifs, de sons et d’ambiances dans la tête et le corps que cela reste collé à moi. C’est fort et intense. Cela va durer un peu.

[ aquarelles 40x30cm sur papier aquarelle, 21x60cm sur carnet aquarelle, 12x18 sur carnet – ©Marion Rivolier ]

samedi 5 juin 2021

Back to Benin - Day 5 ....


En route pour Abomey
Très tôt le matin, nous allons au palais des Congrès faire (ou plutôt subir) le test PCR. Puis nous partons pour Abomey, après un arrêt à la station essence. Je prends deux minutes pour faire un croquis.
Abomey est à 2h30 de voiture, je me décide à tenter l’aquarelle sur le vif dans la voiture. Je vais peindre en essayant de ne pas tout renverser.
J’aime les couleurs et les atmosphères qui se modifient au fur et à mesure du trajet. La latérite envahit le paysage. La végétation basse se transforme en véritable forêt. On passe par toutes les villes de la Route des esclaves, je reconnais les noms écrits sur les panneaux. Je reconnais les paysages que j’ai dessinés pour le projet. Les arbres sont superbes. Allada et sa culture d’ananas apparaissent au fil de la route. Les produits vendus au bord de la route varient en fonction des cultures alentours (mangues, pastèques ou ananas...).

 

La terre est désormais rougeoyante, quand on arrive à Bohicon puis Abomey, j’ai les yeux grand ouverts, je ne veux rien manquer. Je découvre le site des Palais Royaux, des enclos, des cours successives et des cases royales. On a la chance de visiter la réserve. Je reconnais les objets que j’ai étudiés. C’est très émouvant. Ils sont très beaux mais si ils ont besoin d’être restaurés. Ces objets et ces lieux sont l’épure même, il n’y a ni effet ni décoration superflue. Peindre et dessiner pour exprimer au plus juste, un véritable challenge.
 


Je peins aussi la route du retour. Les femmes installées le long de la route vendent des fruits et de l’eau. Notre chauffeur achète des poches d’eau : les femmes et les d’enfants agrippent la vitre de la fenêtre, ils veulent tout nous vendre, fruits coupés, gâteaux de semoule ou eau.
La fin de journée est passée dans les tissus et wax dans la maison Ifé et dans le magasin Vlisco, nous plongerons dans la beauté des motifs, formes et couleurs. Comment ne pas avoir envie de tout acheter ?

[ aquarelles 40x30cm sur papier aquarelle ©Marion Rivolier ]

mardi 1 juin 2021

Back to Benin - Day 4 ...


Je le lève tôt pour peindre la lumière du matin depuis le palais des congrès jusqu’à la vue sur l’océan. Le matin, le ciel est souvent lourd, les nuages créent de la vibration, la végétation est luxuriante. Les palmes brillent de reflets d’argent. Les touches vives des arbres flamboyants, orange vif et des fuchsias des bougainvillées, animent les gammes infinie des verts.


Après la réunion de travail le matin à l’ANPT, nous mangeons dans un restaurant « Grosse Bouffe », c’est une sorte de snack libanais avec des glaces et des pâtisseries à n’en plus finir. Les gens vont et viennent, je les capture rapidement entre deux bouchées de sandwich falafel. Mes compagnons me demandent pourquoi je dessine tout le temps ... j’essaie de leur expliquer que c’est vital que j’ai besoin de garder tout cela en mémoire en dessinant.

L’après midi nous allons au bureau puis faire quelques courses en ville : chaises de bureau, matériel, tasses et verres. On étouffe dans les magasins mais j’aime être dehors et découvrir la vie de Cotonou par ce biais-là...


[ aquarelles 40x30cm sur papier aquarelle, 21x60cm sur carnet aquarelle, 12x18 sur carnet – ©Marion Rivolier ]

mardi 25 mai 2021

Back to Benin - Day 3 ...

                            
De Cotonou à Ouidah
On roule sur la route des pêches, le long du littoral, la plage s’étend à perte de vue avec des rangées de cocotiers courbés par le vent. Il y a aussi de grandes pirogues dont la coque noire se détache sur le sable clair. 

                             
Peu à peu, le rouge latérite envahit les bords de la route. Cela tranche avec les verts de la végétation, de plus en plus présente. De basses cahutes en bois servent d’abris aux marchandes le long d ela route.



À midi, quelques kilomètres après la Porte du Non Retour, il y a une sorte de « Resort », la Casa del Papa, à Azizacoué. On y mange face à l’océan, c’est idyllique, court moment de répit dans la chaleur étouffante. On prend cinq minutes pour aller voir les cabanes sur pilotis construites sur la lagune. C’est sublime. Cela donne envie d’y rester un peu plus longtemps.

Je croque dans la voiture, je capture au fil de la route, des attitudes, des vendeuses de bord de route, pastèques et mangues, tout passe trop vite… mais les couleurs et ambiances s’encrent dans ma rétine.



[ aquarelles 21x60cm sur carnet aquarelle, 12x18 sur carnet – ©Marion Rivolier ]

samedi 22 mai 2021

STAGE . Capturer l’espace en valeurs et en couleurs - PARIS - 19 au 23 juillet . 5 jours

STAGE : Capturer l’espace en valeurs et en couleurs – du 19 au 23 juillet 2021
Paris


En cinq jours, je vous propose d’explorer Paris, l’espace urbain, les bâtiments et les flux au fil du pinceau et de la couleur à l’aquarelle.
Il s’agira d’apprendre à observer, analyser, interpréter et raconter sa propre histoire sur les lieux traversés.
Nous travaillerons, directement au pinceau, sans dessin préalable, sur un carnet. Nous explorerons les possibilités de l’aquarelle pour composer, cadrer, travailler le mouvement, explorer les valeurs et contrastes colorés, peindre avec le vide et apprendre à faire des choix.
Nous apprendrons à envisager l’espace en larges masses colorées plutôt qu’en lignes et en contours. Il s’agira d’être à l’écoute de son sujet pour en exprimer l’essence rapidement mais sans précipitation.
Nous ne nous encombrerons de faire un joli dessin ou d’obtenir un beau résultat. Il s’agira d’expérimenter, de se tromper, de faire des erreurs et de progresser dans la compréhension du geste, de la couleur, des valeurs et de la profondeur.

du lundi au vendredi de 10h à 17h (6h par jour)
5 jours / 426€ TTC
Pour demander le programme complet et s'inscrire, écrire à : marionpro.rivolier[at]gmail.com

mardi 18 mai 2021

Back to Benin - Day 2 ...

La lumière si particulière me fascine. Depuis ma chambre, je vois l’océan au lointain avec ce quartier résidentiel chic aux belles villas et végétation luxuriante. A gauche, il y a le massif Palais des Congrés à côté duquel s’érige la géante statue d’Amazone. Elle est encore masquée par un échafaudage mais je devine qu’elle sera impressionnante.
Je vais dessiner cette vue à plusieurs reprises, la lumière du matin est éblouissante avec des éclats stridents de blanc. La végétation est luxuriante, je me délecte à peindre les palmiers, cocotiers, bananiers, fromagers, il y a aussi des arbres à fleurs, bougainvillées aux fleurs fuchsias, ou flamboyant aux magnifiques fleurs rouges ...

                            
[ aquarelles 21x60cm sur carnet aquarelle, 12x18 sur carnet – ©Marion Rivolier ]

samedi 15 mai 2021

STAGE . Capturer la nature en valeurs et en couleurs - LA MOTHE ST HERAY - 6 au 10 juillet . 5 jours

 


STAGE : Capturer la nature en valeurs et en couleurs – du 6 au 10 juillet 2021
Les Deux-Sèvres / La Mothe-Saint-Héray


En cinq jours, je vous propose d’explorer les environs de La Mothe-Saint-Héray (dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine), ses paysages ruraux et ses sous-bois, au fil du pinceau et de la couleur à l’aquarelle. Nous serons basés au lieu dit Trémont et nous rayonnerons autour en fonction des sujets à traiter.
Il s’agira d’apprendre à observer, analyser, interpréter et raconter sa propre histoire sur les lieux traversés. Nous travaillerons, directement au pinceau, sans dessin préalable, sur un carnet. Nous explorerons les possibilités de l’aquarelle pour composer, cadrer, travailler le mouvement, explorer les valeurs et contrastes colorés, peindre avec le vide et apprendre à faire des choix.
Nous apprendrons à envisager l’espace en larges masses colorées plutôt qu’en lignes et en contours. Il s’agira d’être à l’écoute de son sujet pour en exprimer l’essence rapidement mais sans précipitation.
Nous ne nous encombrerons de faire un joli dessin ou d’obtenir un beau résultat. Il s’agira d’expérimenter, de se tromper, de faire des erreurs et de progresser dans la compréhension du geste, de la couleur, des valeurs et de la profondeur.

du mardi au samedi de 10h à 17h (6h par jour)
5 jours / 426€ TTC
Pour demander le programme complet et s'inscrire, écrire à : marionpro.rivolier[at]gmail.com

mardi 11 mai 2021

Back to Benin - Day 1 ...

Cela fait plus d’un an et demi que je n’ai pas voyagé. Je reprends l’avion pour la première fois dans le monde sous Covid 19, c’est étrange et presque surréaliste. Nous allons enfin commencer ce chantier de musée MIME à Ouidah et revoir nos clients.
Arrivée la veille tard dans la nuit moite et chaude de Cotonou, on se retrouve à l’hôtel. On ne sait pas trop si l’on peut sortir ou pas. En tout cas, suite au test Covid fait à l’aéroport, nos passeports ont été gardés, on ne pourra les récupérer que si notre test est négatif.

                            

Nous effectuons notre première sortie, à pied sur le boulevard de la Marina, le long de la zone portuaire, refait complètement à neuf. Depuis un an et demi, les changements sont incroyable : la route et les trottoirs ont été complètement réaménagés, cela rend la circulation plus fluide. Quelques zems nous klaxonnent, nous refusons et continuons à pied. Nous marchons sous le cagnard, gros choc thermique et sensoriel pour nous. Il y a peu de monde, peu de circulation, ce n’est pas comme d’habitude, les élections présidentielles doivent y être pour quelque chose... nous nous dirigeons vers le marché Dantokpa. C’est la première fois que j’y mets les pieds, il y a pas mal de monde, les types de marchandises sont regroupées ensemble (épices, fruits et légumes, objets du quotidien ou d’hygiène), beaucoup de couleurs et de matériaux différents. Les tissus bariolés des femmes, des hommes et des enfants m’émerveillent. Je sors fébrilement mon mini carnet et je dessine en marchant, je découvre, je regarde, je m’imprègne de l’atmosphère grâce à mon crayon qui parcourt maladroitement le papier.

On a traversé une belle partie du marché et on arrive sur la lagune de Cotonou qui relie l’océan Atlantique au lac Nokoué, la vue est belle. Je m’assois pour peindre, les couleurs, les mouvements et la lumière si particulière. Des enfants m’entourent, ils sont de plus en plus près de moi, ils rigolent, ils me touchent, ils commentent ce que je suis en train de faire. En fait je ne sais pas trop car ils parlent fon, je crois. J’ai l’impression qu’ils aiment bien ce que je fais même si ils trouvent bizarre de me voir assise par terre à peindre le marché.


Pour rentrer, on prend un zem « cabine », ça tangue et ça bouge dans tous les sens mais le conducteur est agile.
Dans l’après-midi, je me ballade sur la plage où je retrouve mon spot Obama Beach. C’est lui et ses constructions en bois peint en bleu « Cotonou » qui m’ont poussé à ajouter le « turquoise blue » dans ma palette. Le lieu s’est sophistiqué, il y a désormais des jeux pour enfants, des tables et des chaises. Les gens se retrouvent pour bavarder, prendre un verre ou fêter des anniversaires. 



Je m’attarde sur les ombres, les stries, les lumières de la palme qui jouent avec le bleu éclatant des palissades. Se baigner est tellement dangereux qu’il y a partout des écriteaux qui l’interdisent. En fait, tu n’as pas très envie d’y aller, ces eaux ont avalé trop de captifs avant leur départ sur les navires négriers… Je ne peux pas l’oublier.

[ aquarelles 21x60cm sur carnet aquarelle, 12x18 sur carnet – ©Marion Rivolier ]

samedi 8 mai 2021

STAGE . Capturer l’espace en valeurs et en couleurs - PARIS - 4 au 6 juin . 3 jours



STAGE : Capturer l’espace en valeurs et en couleurs – du 4 au 6 juin 2021
Paris
En trois jours, je vous propose d’explorer Paris, l’espace urbain, les bâtiments et les flux au fil du pinceau et de la couleur à l’aquarelle.
Il s’agira d’apprendre à observer, analyser, interpréter et raconter sa propre histoire sur les lieux traversés.
Nous travaillerons, directement au pinceau, sans dessin préalable, sur un carnet. Nous explorerons les possibilités de l’aquarelle pour composer, cadrer, travailler le mouvement, explorer les valeurs et contrastes colorés, peindre avec le vide et apprendre à faire des choix.
Nous apprendrons à envisager l’espace en larges masses colorées plutôt qu’en lignes et en contours. Il s’agira d’être à l’écoute de son sujet pour en exprimer l’essence rapidement mais sans précipitation.
Nous ne nous encombrerons de faire un joli dessin ou d’obtenir un beau résultat. Il s’agira d’expérimenter, de se tromper, de faire des erreurs et de progresser dans la compréhension du geste, de la couleur, des valeurs et de la profondeur.

du vendredi au dimanche de 10h à 17h (6h par jour)
3 jours / 246€ TTC
Pour demander le programme complet et s'inscrire, écrire à : marionpro.rivolier[at]gmail.com

dimanche 2 mai 2021

Variations sur les arbres décharnés…

              

Marcher, pédaler, les yeux ouverts, le nez au vent, les sens en éveil, ce sont les seules choses qui nous restent pour éprouver des sensations et apprendre du monde. Je redécouvre les rues de Paris, que je connais depuis toujours, en y cherchant des choses à apprendre et à peindre.
La période transitoire entre l’hiver et le printemps propose des lumières rasantes qui font scintiller les éléments naturels : eau, arbres, branchages, etc.
Éblouie par l’éclat du soleil sur l’eau, je pose mon vélo et je m’installe face au contre-jour. Les arbres se découpent en contraste maximal. Je travaille en contrastes de valeurs colorées pour aller à l’essentiel sans boucher la composition. Je me laisse guider par le flux de l’eau. Je peins rapidement pour garder cet instant magique.

                  

Le lendemain, c’est la composition offerte par la grande allée du cimetière du Père Lachaise qui me pousse à la peindre. Cet entremêlement de branches m’offre une belle méditation en gris colorés. Ainsi ce sont les sujets qui me choisissent et non l’inverse. Lorsque je traverse un lieu, si j’en vois la peinture au premier regard, c’est que je dois le peindre.



Au parc de la Villette, le jardin des miroirs me propose un jeu de cache-cache avec la réalité : on ne sait plus ce qui est l’arbre, son reflet ou sa peinture… Je me perds dans ces différentes couches de réalité modifiée, saupoudrées de touches printanières de vert acide.

[ aquarelles 40x30cm sur papier aquarelle – ©Marion Rivolier ]