vendredi 23 septembre 2022

Expo à la librairie Busser, Carnets de prisons dessinés ...



A l'invitation de Brigitte Lannaud Levy, j'ai le plaisir de  participer à 

l'EXPOSITION CARNETS DE PRISON DESSINÉS - Cycle de l’absurde d’ALBERT CAMUS
du mercredi 28 septembre au 12 octobre 2022 à la Librairie Busser, 37 rue Monge - 75005 Paris.

Dans le cadre d’un programme de réinsertion, l’association Lire pour en sortir a conçu et proposé à un groupe de personnes détenues de la Maison d’arrêt Paris-La Santé des ateliers pluridisciplinaires : lecture, écriture, peinture sur le thème du Cycle de l’Absurde d’Albert Camus.

Avec la collaboration de :
- Alexandre Duval-Stalla pour l’introduction à Camus et au Cycle de L’absurde
- Raphaël Enthoven pour Le Mythe de Sisyphe (Philosophie)
- Sophie Blandinières pour Caligula (Théâtre)
- Gilles Philippe pour L’étranger (Littérature)
- Kamel Daoud pour son roman Meursault contre-enquête
- Brigitte Lannaud Levy pour des ateliers d’écriture et de peinture fils rouges de ces rencontres.


> Exposition à La librairie Busser des carnets dessinés par les personnes détenues de Paris-La Santé et des reportages dessinés des ateliers par les artistes Urban Sketchers Paris :
- Marielle Durand
- Delphine Priollaud Stoclet
- Marion Rivolier
ainsi qu’un reportage photo de :
- Carole Charbonnier

Conception graphique et photo de l’affiche Carole Charbonnier . Aquarelle Brigitte Lannaud Levy.

mardi 13 septembre 2022

Le bouquet final du rocher ! Part 3 ...

              

Monaco, Monte-Carlo, que dire de ce lieu hors de mon/notre monde? C’est au delà de tout ce que j’avais pu imaginer. Des gratte-ciel collés à un rocher qui s’éparpillent sur la mer. Le béton partout qui chauffe et surchauffe. Des voitures de luxe qui consomment le restant des énergies fossiles en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, des yachts aux tailles indécentes et de l’or qui dégouline de tous les cous et les poignets …
 


La végétation y est luxuriante même si elle fait peu d’ombre. Entre les arbres remarquables du jardin face au casino et le jardin de cactus sur la promenade de la princesse Grace, je trouve quelques instants d’apaisement à peindre. Peindre des cactus, c’est une première fois pour moi, je crois. Je prends un malin plaisir à aiguiser les pointes et à ériger les épines...

[ aquarelles 40x30cm sur papier aquarelle – ©Marion Rivolier ]

mardi 6 septembre 2022

Quelle idée d’aller à Nice au milieu du mois d’août ? Part 2 ...

             

Surprise par les flamands roses de la serre tropicale du parc Phoenix, je les trouve fascinants. Ils se papouillent, se chicotent, conversent entre eux et se disputent. Ils resteront tout le temps dans leur petit coin sans véritablement en bouger. Ils sont mis en valeur par les palmes et les Alocasia, plante oreille d'éléphant géantes qui les entourent. Quand ils s’ébrouent, ils découvrent des plumes rouge vermillon, c’est sublime. La nature crée des harmonies colorées tellement inspirantes !



Le bâtiment de Kenzo Tange, musée des arts asiatiques de Nice, est construit sur le bassin au cœur du parc. Ses formes épurées sont un encouragement à la contemplation ; peu d’œuvres, beaucoup de vide, et les reflets mouvants de l’eau … je m’enchante à chercher les harmonies colorées des plantes du premier plan, violet, ocre, sépia, oranges, des touches de turquoise… les touches virevoltent, je n’ai pas d’objectif, simplement profiter de l’instant à l’ombre.



Vers le port Lympia, je découvre l’autre versant de la colline du rocher, il est brut et végétalisé, très puissant. Coupé par la route, il continue et termine dans l’eau sombre. Le ciel à nouveau chargé m’offre le cadeau de cette mer en quasi noir et blanc. Le seul risque est que je n’ai pas le temps de terminer si le ciel s’ouvrait soudain en deux. Pour cette fois, il fut clément.


Que dire du port de Nice ? Occupé par des dizaines de petit yachts qui bouchent la vue, il révèle des constructions colorés, un peu comme en Italie. Mais j’ai du mal avec cette ville, plus je la connais, plus je l’arpente, moins je l’aime …



La couleur de l’eau est sublime, une tranche d’outremer foncé puis une tranche de turquoise des mers du sud. Juste devant, cette place de galets est remplie de corps rôtis, de l’ocre clair au brun rouille. C’est impressionnant. Juste en face de moi je vois des corps entassés, des bras, des jambes, des fesses, des ventres dans une harmonie de couleurs grillées qui tranche sur ce turquoise transparent. Comment font-ils pour rester comme cela au soleil? Je peine à arriver au bout de mon dessin car le soleil tape fort sur ma peau trop blanche… je ne veux pas me transformer en poulet grillé.

[ aquarelles 40x30cm sur papier aquarelle – ©Marion Rivolier ]

mardi 30 août 2022

Quelle idée d’aller à Nice au milieu du mois d’août ? Part 1 …




Quelle idée m’est venue de proposer un stage d’aquarelle à Nice au milieu de mois d’août ? Quand j’y repense, c’est complètement taré… la chaleur, les touristes, les prix, la lumière écrasante et j’avais oublié le risque d’orages. Et bien, on a tout eu !
Entre repérages et journées de stage, j’ai rempli quelques vides avec mes couleurs.
La maison de Matisse, devenue musée me fait rêver au temps où l’artiste ouvrait les baies vitrées pour peindre directement le paysage face à lui. La lumière y est belle et la colline offre une vue très large. D’ailleurs celle que l’on a du monastère de Cimiez est superbe. Et quand l’orage s’approche, le lointain devient violet; une démonstration parfaite des plans successifs de l’espace.



Jouer avec les flux, les nuages mouvants, l’eau qui clapote ou qui jaillit, les personnages en mouvements, est un de mes sujets favoris. Au bord de la Méditerranée, sur ces galets détestés qui broient mes plantes de pied, je dépose les uns après les autres, ces corps rentrants péniblement dans l’eau ou se jetant d’un coup pour éviter de s’abîmer les pieds. Ensuite, ils flottent longtemps dans des bouées ou sur des matelas en plastique.

               

Les jets d’eau de la promenade du Paillon sont une véritable attraction. Les enfants y restent des heures. La composition végétale, qui sculpte les bâtiments aux couleurs chaudes à l’arrière, forme un véritable fond de décor à cette scène de spectacle. Les cris, les rires, la musique, les jets d’eau, tout participe à créer une ambiance joyeuse. Je dois juste demander au petit qui est assis sur le jet d’eau d’éviter de le diriger sur mon aquarelle …



Et puis, il se met à pleuvoir, très fort; je vais faire une démo depuis la place Massena sous les arcades, sous la pluie battante. Les éléments structurants sont là mais ils sont comme éteints, comme si on avait oublié d’allumer la lumière. Je pose les grandes masses puis les ombres, je capture la pluie qui ruisselle sur le sol en damiers, je vais vite, comme je dis, le ciel n’attend pas, il change sans cesse !



Mais ce ciel est sublime, son ton violacé fait vibrer le rouge si particulier des bâtiments. La sculpture de Bernar Venet tranche le paysage en deux. De manière radicale et définitive. C’est dans ce ciel qu’elle est la plus belle, avec son écrin végétal en arrière-plan.

[ aquarelles 40x30cm sur papier aquarelle – ©Marion Rivolier ]

samedi 20 août 2022

Frontière(s) et Voyage autour de ma cellule à Lourmarin les 10 et 11 septembre ...

[ photographie de David Rivolier ]

J'aurai la joie de vous retrouver au salon du Carnet de Voyage à Lourmarin les 10 et 11 septembre 2022 avec David Rivolier pour présenter le film Frontière(s) le samedi, salle Camus à 16h30 et pour exposer le projet "Voyage autour de ma cellule" du collectif Urban Sketchers Paris.


Il y aura aussi quelques planches de mon projet Artiviste / Sur le Vif, et des livres à dédicacer!
Et pour conclure,  un atelier en extérieur le samedi de 11h30 à 13h30  // COMPLET :
Capturer l’espace en valeurs colorées / premiers pas en Direct Watercolor
Explorer l’espace au fil du pinceau directement à l’aquarelle. Apprendre à observer, analyser, interpréter et raconter sa propre histoire. Directement au pinceau, sans dessin préalable, sur un carnet de croquis. Explorer les possibilités de l’aquarelle pour composer, cadrer, explorer les valeurs et contrastes colorés, peindre avec le vide et apprendre à faire des choix.

J'ai hâte de vous y retrouver!

lundi 15 août 2022

Retrouver son souffle ...


Mois de juillet à Paris avec un combo gagnant : canicule x covid, j'ai adoré!
Chercher de l'air, de la fraîcheur, retrouver des forces peu à peu en marchant et en peignant.


Lutter contre cette fatigue abrutissante grâce à la lumière et aux couleurs...
Transformer Paris en medina méditerranéenne parce que l'on en peut plus du béton.
Trouver des jardins secrets et les transformer en oasis luxuriantes.

Respirer, retrouver son souffle...

 [ aquarelles 40x30cm sur papier aquarelle – ©Marion Rivolier ]

mercredi 10 août 2022

Warm-Up pour le workshop de Direct Watercolor à Paris ...

 

Je viens de terminer trois jours de stage en Direct Watercolor à Paris. Entre la Villette, les quais de Seine et les Buttes Chaumont, nous avons bien bossé avec mes douze stagiaires. 

J'avais peint ce point de vue (sur l'institut de France) il ya quelques jours pour préparer la séance autour des flux, ciel et eau. J'adore ce moment que l'on passe sur les bords de Seine, à l'abri du bruit et de la clameur de la ville. Même si l'été, il y a quand même pas mal de touristes, de vélo et même une voiture (merci google street view) qui sont passés sur "notre" bout de quai.

[ aquarelles 40x30cm sur papier aquarelle – ©Marion Rivolier ]