vendredi 8 mai 2020

Lockdown Diary - déclinaison en rayures - Paris ...


28 avril 2020 - 15h32 
Jour 43 / Dans la chambre
Assise sur le bord du lit, je regarde l’intervention du premier ministre sur le plan de déconfinement. Allumer la télévision à trois heures de l’après-midi, c’est vraiment très bizarre. Presque autant que les motifs des tissus, couvertures et dessus de lit qui se rencontrent dans une sorte de cacophonie colorée. Le fond du décor de l’assemblée nationale est toute en dorures et camaïeu de rouge-orangés. Finalement, on est presque ton sur ton avec ce coin encombré de ma chambre.
En écoutant les annonces, les zones rouge ou verte, le déconfinement progressif ou pas, suivant les régions, je me dis que l’on n’est pas sorti de l’auberge et qu’il faudra trouver encore pas mal de thèmes pour dessiner en intérieur.
Ce point de vue un peu étrange que je propose ici me donne une idée, celle de travailler à partir du fond rayé du dessus de lit…



29 avril 2020
Jour 44 / Dans la chambre

Cela faisait des mois que je n’avais pas lu et trié ma « revue de presse » ; des articles, autour de la culture et des arts, du Monde et de Télérama, que ma mère me donne lorsqu’elle les a lus. Certains sont un peu périmés car il datent de l’été dernier… Je revois les programmes des festivals d’Avignon ou d’Aix en Provence, cela me fait un peu mal au coeur car je sais que cette année, il n’y aura aucun festival. Qu’ils soient grands ou petits, il sont tous été annulés les uns après les autres… Notre calendrier s’est vidé de tous ses projets, sans qu’on ne puisse rien y faire.
Artistes, auteurs et gens du spectacle, nous travaillons beaucoup à cette période ; aller d’un lieu à un autre pour présenter nos travaux, raconter nos histoires, proposer nos livres et aussi donner quelques cours… Nous ne pourrons pas le faire cet été, et l’automne risque d’être mal en point aussi.
Nous devons continuer à travailler sur des projets qui ne se feront peut-être pas, imaginer d’autres formes de transmission, continuer à partager avec les autres, se remettre dans des rails qui se construisent au fur et à mesure. Ce n’est pas si simple. Certains ne s’en sortiront pas.



3 mai 2020
Jour 48 / Dans la chambre

Continuer à se nourrir, faire une pause avec les écrans et tenter de s’évader dans les mondes imaginaires d’autres artistes par les livres et les œuvres d’art. En feuilletant, John Singer Sargent, je revois les aquarelles extraordinaires que j’ai vue au Brooklyn museum. Avec Delphine Priollaud Stoclet et sa Cité Sanpo, je voyage en Asie et j’imagine un voyage au Japon, don je rêve depuis des années. Avec Murakami, je m’interroge sur les méandres de la création et sur les mystères de la puissance des oeuvres d’art. Et avec Amadou Hampâté Bâ, je pense au projet de musée sur la mémoire et l’esclavage sur lequel je travail pour le Bénin et j’espère qu’il verra le jour.
Les musées et les théâtres me manquent comme des amis que je ne peux plus fréquenter. J’espère les retrouver bientôt pour continuer à les explorer et à les peindre.

[aquarelles 21x60cm sur carnet Hahnemuhle aquarelle - Marion Rivolier ]

#uskparisathome
#uskathome
#usk