mardi 22 septembre 2020

Feuilleter Capturer l'âme d'un lieu ...


Mon livre "Capturer l'âme d'un lieu par la forme et la couleur à l'aquarelle - peindre sur le vif sans dessin préalable" aux Editions Eyrolles, est sorti jeudi 17 septembre. Vous pouvez le commander dans votre librairie préférée partout en France.

Il sera disponible début octobre dans les pays francophones (Belgique, Suisse, Canada, etc.). N'hésitez pas à la commander!

C'est un outil pour explorer ma pratique de l'aquarelle, ma vision des lieux et des atmosphères en valeurs et en couleurs. Ma spécificité est de ne pas faire d'esquisse préalable et de travailler uniquement au pinceau. Je vous guide en 21 chapitres, entre exercices et réflexions, dans une nouvelle compréhension et expression de l'espace, sur le vif.


Merci à Eva, Eyrolles Loisirs Créatifs, pour cette vidéo.

lundi 14 septembre 2020

Au cœur de la forêt …

                 

Tous les jours, je pars en quête de la forêt. Je n’ai jamais réellement peint ce sujet, quelques esquisses rapides ou notes colorées, peut-être… Ici, le sujet est à prendre à bras le corps, les lumières et contre-jours sont extraordinaires, ils emmènent mon esprit dans une divagation poétique, peuplée de Dames Blanches, loups-garous et petits enfants perdus…             
Je marche chaque jour en quête du meilleur point de vue, je travaille la densité des troncs d’arbres, leur enchevêtrement tout en préservant des touches lumineuses et puissantes. Je joue avec des contrastes de valeurs colorées pour accentuer la profondeur des points de vue. Les feuilles se détachent dans un motif répétitif qui donne envie de le reproduire à l’infini. Je rajoute des petites touches de couleurs vives pour faire chanter les contrastes. 

                   

Je suis seule, avec les mouches et les insectes en fond sonore, j’entre en méditation colorée pour saisir ces instants fugaces de lumière magique. J’ai peu de temps car en fin de journée, la lumière évolue très rapidement, je ne dois pas manquer ces stries bleues claires qui zèbrent le chemin doré. 

                      

Je me perds dans l’enchevêtrement des troncs qui me donne le vertige ; mes yeux papillonnent de percées en trouées pour aller chercher ces raies de lumières. Je marque rapidement les stries horizontales, je sais qu’elles sont fugaces. Je jongle entre l’opacité et la transparence des ombres colorées pour accentuer la profondeur. J’aime faire entrer mon pinceau dans le pigment, qu’il s’en charge jusqu’à en étouffer et le voir se diffuser dans l’eau qui n’en fait qu’à sa tête. Laissons-nous surprendre par cette aquarelle incontrôlable et surprenante.

Ne pas tout maîtriser permet de laisser ouverte les portes de l’imaginaire. 
C'est une série qui débute, au fil des jours et des saisons ...

[ aquarelles 36x48cm sur papier aquarelle – ©Marion Rivolier ]

vendredi 11 septembre 2020

Capturer l'âme d'un lieu en librairie le 17 septembre ! ...


J’ai le grand plaisir de vous annoncer la sortie de mon nouveau livre
Capturer l’âme d’un lieu par la forme et la couleur à l’aquarelle
Peindre sur le vif sans dessin préalable

aux Editions Eyrolles

Vous le trouverez dans toutes les librairies (n’hésitez pas à le commander directement auprès de votre libraire préféré.e) ou sur les plate-formes numériques.
Vous pouvez feuilleter quelques pages ici 
En pré-commande dès aujourd’hui et en librairie le 17 septembre.


Je vous propose une séance de dédicace le 19 septembre 2020 de 16h à 19h
à la librairie Eyrolles, 61 boulevard Saint-Germain – 75005 Paris.

J’espère vous y voir nombreu.x.ses et masqué.e.s, of course !

dimanche 6 septembre 2020

Retraite au vert en pleine canicule …

Au vert, c’est beaucoup dire, en effet, le printemps et l’été ont été tellement secs que la campagne des Deux-Sèvres est grillée… Je me délecte de ces tons pailles, jaune de Naples, orangés qui donnent de la vibration aux verts profonds des magnifiques arbres de cette contrée. Le bleu éclatant du ciel donne un contre-point parfois et permet un jeu de contraste chaud-froid.
Habituellement, peu attirée par la campagne, je profite pourtant de l’épure des paysages pour aller chercher des sujets anodins, un simple rapport coloré va m’emmener dans une aquarelle. Je varie les cadrages, en travaillant des paysages en format portrait, cela me pousse à regarder autrement les lieux et à varier mon interprétation.

Les lumières sont douces, elles me poussent à travailler vite, à peindre deux aquarelles en même temps dans une sorte de diptyque « décalé » : partie gauche, ce grand pin majestueux et partie droite, l’horizon avec les éoliennes au lointain, petites pattes de mouches dans un ciel immense.
Les couleurs chantent dans une harmonie de couleurs chaudes et de violets éclatants pour exprimer la profondeur. 



Je ne peux pas résister à peindre ce saule pleureur qui offre un large abri ombragé par ces temps de chaleur intense. La lumière est vibrante et elle change en permanence, il faut peindre vite, sinon, on manque l’instant magique où l’ombre et la lumière sont en parfaite harmonie. La façade de la grange s’assombrit peu à peu pour entrer dans une ombre violacée. 



Quand le ciel se voile de filaments rosés, je les fait dialoguer avec les orange-rouges de la maison des voisins, à peine visible à travers la végétation. Le premier plan est fort et vigoureux alors que le lointain est à peine suggéré. Je regarde toutes les couleurs chanter devant mes yeux et l’aquarelle apparaît dans mon regard avant même de l’avoir peinte.

[ aquarelle 36x48cm sur papier aquarelle – ©Marion Rivolier ]

mardi 1 septembre 2020

Capturer les flux marins à Saint-Briac …



J’ai organisé un workshop d’aquarelle à Saint-Briac/Saint-Lunaire autour des paysages marins. Le ciel était au rendez-vous et nous a offert des mélanges colorés et des coups de pinceaux d’une variété saisissante.



La lumière est changeante, les nuages ne posent pas et vont et viennent dans un ballet incessant. Ne paniquons pas ! Restons concentrée pour capturer ces moments fugaces en ombres colorées qui rendront hommage à la profondeur du ciel. La sculpture des rochers répond parfaitement au ciel en créant des formes étonnantes qui laissent l’imagination voyager dans leurs creux et leurs bosses.



J’ai exploré pour la première fois, le flux et le reflux de l’eau sur le sable, laissant des traînées luisantes, qui réfléchissent les nuances du ciel. Les rochers et méandres du sables émergent de l’eau et de l’écume. Il faut travailler vite car la marée n’attend pas. Elle m’accule sur les bords de la digue ; être vigilante pour ne pas tout perdre dans une vague ...

[ aquarelles 36x48cm sur papier aquarelle – ©Marion Rivolier ]

mardi 25 août 2020

Paris, au mois d'août ...

 

Lorsque la chaleur est trop lourde, il faut quitter l'appartement sous les toits devenu une étuve, pour respirer un peu d'air en haut des Buttes-Chaumont.

Le parc est assez grand pour recevoir les promeneurs et touristes du dimanche, il y a aussi quelques joggeurs et des mamies promenant leur chien.

Ciel et végétation, quoi de mieux pour faire vibrer les contrastes de valeurs colorées et de couleurs?

[ aquarelle 36x48cm sur papier aquarelle – ©Marion Rivolier ]

dimanche 16 août 2020

Et si on pouvait peindre sur le vélo lui-même? ...


Depuis que j’ai racheté un vélo et malgré deux crevaisons, coup sur coup, je passe le plus de temps possible à rouler. Les pistes cyclables provisoires, spécial « covid » sont des boulevards pour traverser paris, j’adore ! Sauf à l’heure de pointe, le soir, où l’on a l’impression d’être Amsterdam avec des gros bouchons de deux roues, trottinettes et autre engin roulant…
Je m’évade au bois de Vincennes pour faire du vélo, respirer un peu d’air frais (sans masque) et fuir la foule. Je réhabitue mon œil aux ombres et lumières colorées, je cherche les contrastes de température et travaille mon geste pour varier les touches de pinceau.


Il n’a pas plu beaucoup ces derniers temps et la végétation est brûlée. Dans ce point de vue, j’ai l’impression d’être en Provence. Je fais jouer les contrastes colorés pour exprimer cette atmosphère torride. On se croirait presque en vacances dans ces moments là ! 


Je me rafraîchis en peignant le lac Daumesnil à l’ombre des arbres. Je joue avec les ondes mouvantes de l’eau, les reflets, ombres et lumières sont magnifiques. Je ne m’inquiète pas de l’instabilité des flots, j’aime quand cela bouge tout le temps. Je laisse une grande part du blanc du papier non peinte pour créer dynamisme et mouvement dans la composition. Ne surtout pas figer l’aquarelle, la laisser vivre sa vie même après que j’ai arrêté de peindre...

[aquarelles 21x60cm sur carnet aquarelle – 
©Marion Rivolier ]

mercredi 12 août 2020

STAGE Voyage au fil de l’aquarelle à Saint-Briac – août 2020 ...


Voyage au fil de l’aquarelle à Saint-Briac/Saint-Lunaire – août 2020

En trois jours, Marion Rivolier vous propose d’explorer Saint-Briac, Saint-Lunaire, les paysages marins au fil du pinceau et de la couleur à l’aquarelle.
Chaque jour sera consacré à travailler un thème, sur le vif ; sous forme d’exercices découvertes.
Il s’agira d’apprendre à observer, analyser, interpréter et raconter sa propre histoire sur les lieux traversés.
Nous travaillerons, directement au pinceau, sans dessin préalable, sur un carnet de croquis (aquarelle). Nous explorerons les possibilités de l’aquarelle pour composer, cadrer, travailler le mouvement, explorer les valeurs et contrastes colorés, peindre avec le vide et apprendre à faire des choix.
Nous apprendrons à envisager l’espace en larges masses colorées plutôt qu’en lignes et en contours. Il s’agira d’être à l’écoute de son sujet pour en exprimer l’essence rapidement mais sans précipitation.
Notre outil principal sera le pinceau et nous travaillerons sur un carnet de croquis qui nous permettra de prendre des notes, réaliser des nuanciers et essais de couleurs, faire les exercices et aussi des dessins plus aboutis.
Nous ne nous encombrerons de faire un joli dessin ou d’obtenir un beau résultat. Il s’agira d’expérimenter, de se tromper, de faire des erreurs et de progresser dans la compréhension du geste, de la couleur, des valeurs et de la profondeur.

La totalité du stage se fera au pinceau et à l’aquarelle, sans dessin préalable. Il s’agira d’apprendre à composer directement au pinceau. Ainsi, ce stage n’est pas adapté aux grands débutants.


du jeudi au samedi de 10h à 17h30 (6h par jour)
3 jours / 216 € TTC 

renseignements et inscriptions à marionpro.rivolier[at]gmail.com

mardi 11 août 2020

Reprise des manifs …


Rien de mieux pour se remettre dans la bain que d’aller dessiner et peindre en manif !

Même si je dessine depuis bientôt quarante ans et que j’ai continué à peindre pendant le confinement, peindre sur le vif en extérieur est aussi une question d’habitude.
Après 55 jours d’arrêt, il faut se remettre à regarder loin, à s’asseoir quelque-part, à mélanger ses couleurs pour trouver la bonne ombre ; se réhabituer au mouvement et au monde mouvant n’est finalement pas une mince affaire. Alors se retrouver au coeur d’une manifestation en hommage à Georges Floyd, masquée, le carnet et la palette en équilibre est presque acrobatique ! Ce jour-là j’ai utilisé un pinceau à réservoir, et pas mal dessiné au stylo plume. J’essaie de capturer l’atmosphère, calme et respectueuse du moment, je suis maladroite, presque gauche, mais ce qui compte c’est d’être là.


Quelques jours plus tard, je me retrouve place de la République avec mon vélo pour suivre la manif en soutien à Adama Traoré, je pense que l’on va marcher jusqu’à Opéra mais je me rends compte rapidement que l’on va rester sur place. Pendant une à deux heures, l’ambiance est calme. J’utilise mon vélo comme chevalet de fortune, après quelques coups de pinceaux à réservoir, je me rends compte que j’ai besoin de vrai pinceau pour capturer l’énergie et la beauté des participants, notamment cette femme perchée sur la barrière. Elle viendra discuter avec moi à plusieurs reprises, c’est elle aussi qui prendra la photo pour mon compte Insta car j’ai oublié mon téléphone.


Soutenir les soignants est important pour moi. Vers Invalides, ils sont nombreux, joyeux et revendicatifs à la fois. Un des syndicats a enregistré tout un tas de chansons sur des airs années 80 pour mettre en scène leurs revendications. J’aime les couleurs vives qui enchantent mon regard. Je m’attache à exprimer ces manifs masquées, comment suggérer ces masques sans en peindre les contours ? Je travaille sur la réserve car parfois ce qu’on laisse en sourdine parle plus que ce que l’on décrit soigneusement. 


Je quitte la manifestation une ou deux heures pour la retrouver sur le pont Alexandre III, je vois des cars de CRS, des fumigènes, je sens la lacrymo. Je ne comprends pas ce qui s’est passé, comment cela a dégénéré ? Je m’interroge sur l’attitude des forces de l’ordre qui ont tendance à « nasser » les manifestants ce qui pousse parfois à la violence...

[aquarelles 21x60cm sur carnet Hahnemuhle et 32x24cm sur papier aquarelle – ©Marion Rivolier ]

jeudi 6 août 2020

Premiers pas dans Paris, peu habité ...


A partir du 11 mai, lorsqu’il a fallu recommencer à sortir « librement » sans remplir son autorisation de déplacement, j’ai été un peu perdue. J’ai mis quelques jours à retrouver le goût de « l’évasion ». C’est grâce à mon nouveau vélo que j’ai pu me déplacer facilement et retrouver les lieux que j’aime, notamment les musées. Fermés jusqu’en juillet, le parvis du musée du Louvre est complètement désert, je m’amuse à peindre les rythmes des plots sans touriste, des barrières et de la structure de la pyramide vide. Je me réapproprie ce lieu sous les coups de mes pinceaux en valeurs et en couleurs. Je vois marcher au loin un surveillant, seul au monde sur cette grande place, je l’envie et je me dis que La Joconde, la Victoire de Samothrace et la Vénus de Milo doivent bien s’amuser seules dans ce musée désert…


Le Centre Pompidou n’a pas encore ré-ouvert au moment où je le peins fin mai. Il est entouré de palissades de chantier multicolores, recouvert d’échafaudages, je prends un plaisir fou à peindre l’entrelacement des structures et des échafaudages. J’ajoute la touche de couleurs, bleu et jaune, de l’affiche de l’exposition de Christo et Jeanne-Claude, pour faire chanter les valeurs colorées. J’ai tellement hâte de la découvrir en imaginant le dernier projet, l’emballage de l’arc de Triomphe, qui aura lieu en 2021 malgré le décès de Christo le 31 mai dernier.


Quasiment deux mois plus tard, les promeneurs et les touristes sont de retour autour de Beaubourg. Ils sont masqués pour la plupart et s’attardent pour assister au petit spectacle de l’acrobate. Après plusieurs minutes d’attente, je le capture au moment où il monte sur son cycle et se met à jongler.
J’esquisse la foule au fur et à mesure qu’elle va et vient. J’essaie d’en saisir l’essence sans décrire chacun des personnages. Pour ne pas boucher ma composition, je garde les immeubles du lointain en réserve ; seule la sky-line est évoquée par l’expression du ciel.
Aujourd’hui, plus aucun lieu n’est désert à Paris même si les foules ne sont pas encore revenues. 

[aquarelles 21x60cm sur carnet aquarelle – ©Marion Rivolier ]

lundi 3 août 2020

Notre projet avec le Secours Populaire dans Drawing Attention ! ...


Le nouveau Drawing Attention du mois d'août de Urban Sketchers vient de paraître
Et voici l'article sur notre projet avec le Secours Populaire et la bourse Usk Grant Program (dont j'ai été lauréate en 2019 pour ce projet), par Marion Rivolier et Mark Alan Anderson.
Merci à Mark et Urban Sketchers pour ce bel article.



En français aussi!


jeudi 30 juillet 2020

Les travaux avancent... Notre-Dame de Paris ...


J'avais oublié mais j'ai peint la cathédrale Notre-Dame de Paris quelques jours avant le début du confinement à Paris et je l'ai laissée en plan... elle a été abandonnée par tous.
Quelques mois plus tard, les travaux ont repris, un peu comme notre vie. Mais pas comme avant, avec des protocoles sanitaires et des obligations en tout genre pour protéger les autres et soi-même du virus.
Il n'y avait pas grand monde ce jour-là sur les bords de Seine, je prends plaisir à retrouver mes marques colorées dans ce Paris que je connais si bien.
Trois mois d'interruption de dessin sur le vif en extérieur m'offrent une nouvelle manière de regarder cette ville. Laissons notre regard nous guider et nous offrir de nouvelles aquarelles à peindre!


[aquarelles 21x60cm sur carnet Hahnemuhle et 36x48cm sur papier aquarelle – ©Marion Rivolier ]

lundi 6 juillet 2020

Nos prisons imaginaires à la Conciergerie jusqu'au 12 juillet ...


"Voyage autour de ma cellule" l’œuvre de 9m², réalisée au sol s’est construite à partir des dessins des personnes détenues, mêlées aux croquis des Urban Sketchers Parisiens réalisés sur le vif au sein du centre pénitentiaire Paris la Santé entre le 4 février et le 17 mars 2020.

Nous avons passé six jours à La Conciergerie, les un.e.s après les autres, à construire cette œuvre suivant un protocole établi à l’avance : mise au courant suivant la maquette, peinture des ciels, encrages des murs périphériques, détails des immeubles, dessin des concertinas puis lettrage des noms de rue. Et enfin, mise en place des dessins pour finaliser la performance !
Les genouillères ont été très utiles car nous avons passé beaucoup de temps à genoux.


J’ai croqué quelques étapes de la performance au fur et à mesure.
Après avoir peint les deux grands ciels, j’ai dessiné au Brigitte en train d’encrer les murs d’enceinte ceinturant le plan de la prison de la Santé. Nous avons travaillé masqué pendant tout ce temps et nous portions nos tee-shirt Urban Sketchers Paris pour être reconnaissables.


C’est ensuite Claire qui a attaqué les dessins de « raccord » pour faire la liaison entre le mur d’enceinte et les dessins qui seront fixés à la fin. J’élargis mon point de vue, et l’on aperçoit à droite une jeune étudiant de Prép’art qui met en place tous les dessins de leur cellule.


Le dernier jour, tout est installé, la performance est terminée. Entre deux conversations avec les visiteurs, je m’amuse à peindre les colonnes et voûtes en ombres et en lumière de cette ancienne prison qu’est la Conciergerie. Nous avons même la visite du directeur de la Santé, intéressé et ravi du résultat. Nous espérons présenter ce projet et tous les dessins, photo et film dans une exposition. Affaire à suivre…
En attendant, nous présentons le résultat aux personnes détenues le 7 juillet suivi d’un nouvel atelier de dessin.

Les artistes Urban Sketchers Paris participants:
Claire Archenault
Marielle Durand
Brigitte Lannaud Levy
Mat Let
Tula Moraes
Marion Rivolier
Avec pour Paris La Santé:
BM, JF, Balti, Maicky, Burn-Man, Jay, Pedja, Salim, Guillaume, Sergio, Lyx.

Dix cellules ont été créées dans le même temps par des artistes, des collectifs et des étudiants en art. Elles sont présentées jusqu'au 12 juillet à La Conciergerie de 10h30 à 18h.

[ aquarelles sur carnet 21x60cm et sur papier 25x65cm ]

jeudi 25 juin 2020

STAGE Capturer l’espace et le mouvement en valeurs et couleurs à Lyon - août 2020 ...


Capturer l’espace et le mouvement en valeurs et couleurs à Lyon

Je vous propose d’explorer l’espace urbain, le ciel et l’eau, les bâtiments et les habitants, au fil du pinceau et de la couleur, à l’aquarelle.
Chaque jour sera consacré à travailler un thème, sur le vif ; sous forme d’exercices découvertes.
Il s’agira d’apprendre à observer, analyser, interpréter et raconter sa propre histoire sur les lieux traversés.
Nous travaillerons, directement au pinceau, sans dessin préalable, sur un carnet de croquis. Nous explorerons les possibilités de l’aquarelle pour composer, cadrer, travailler le mouvement, explorer les valeurs et contrastes colorés, peindre avec le vide et apprendre à faire des choix.
Nous apprendrons à envisager l’espace en larges masses colorées plutôt qu’en lignes et en contours. Il s’agira d’être à l’écoute de son sujet pour en exprimer l’essence rapidement mais sans précipitation.
Notre outil principal sera le pinceau et nous travaillerons sur un carnet de croquis qui nous permettra de prendre des notes, réaliser des nuanciers et essais de couleurs, faire les exercices et aussi des dessins plus aboutis.
Nous ne nous encombrerons de faire un joli dessin ou d’obtenir un beau résultat. Il s’agira d’expérimenter, de se tromper, de faire des erreurs et de progresser dans la compréhension du geste, de la couleur, des valeurs et de la profondeur.

La totalité du stage se fera au pinceau et à l’aquarelle, sans dessin préalable. Il s’agira d’apprendre à composer directement au pinceau. Ainsi, ce stage n’est pas adapté aux grands débutants.

du vendredi au dimanche de 10h à 17h (6h par jour)
3 jours / 216 € TTC
renseignements et inscriptions à marionpro.rivolier[at]gmail.com

dimanche 21 juin 2020

Nos Prisons imaginaires, on y est finalement du 23 juin au 12 juillet! ...


J'ai la chance de participer à la performance « Nos prisons imaginaires » à la Conciergerie, reprogrammée du 23 au 28 juin 2020 avec cinq autres artistes de Urban Sketchers Paris.

Le Centre des Monuments Nationaux invite dans l’ancienne prison de la Conciergerie les Urban Sketchers parisiens  avec d’autres collectifs d’artistes à « revisiter » l’imaginaire de la détention par une action de dessin In situ, intitulée « Nos prisons imaginaires ». Ce sont 12 espaces de 9 mètres carrés au sol de la salle des Gens d’Armes qui seront attribués à trois artistes par « cellule » pour réaliser une performance ouverte au public. Ces œuvres resteront exposées jusqu’au dimanche 12 juillet à la Conciergerie.

Des ateliers Urban Sketchers Paris pour les personnes détenues du centre pénitentiaire de Paris la Santé en coordination avec le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation.
A la faveur du projet «Nos prisons imaginaires», les Urban Sketchers Paris ont pris le parti d’appuyer leur création sur une réalité carcérale. Ils se sont rapprochés du centre pénitentiaire de Paris la Santé pour organiser des ateliers de croquis à destination des personnes détenues. Se créée alors pour ces dernières, une échappée belle artistique dont les Urban Sketchers parisiens sont les passeurs pour dessiner avec elles une nouvelle ligne d’horizon en prison.

"Voyage autour de ma cellule" l’œuvre de 9m² qui sera réalisée au sol se construira à partir des dessins des personnes détenues, mêlées aux croquis des Urban Sketchers Parisiens réalisés sur le vif au sein du centre pénitentiaire Paris la Santé entre le 4 février et le 17 mars 2020.

Les artistes Urban Sketchers Paris participants:
Claire Archenault
Marielle Durand
Brigitte Lannaud Levy
Mat Let
Tula Moraes
Marion Rivolier
Avec pour Paris La Santé:
BM, JF, Balti, Maicky, Burn-Man, Jay, Pedja, Salim, Guillaume, Sergio, Lyx.

lundi 15 juin 2020

STAGE Voyage au fil de l’aquarelle à Paris – juillet 2020 ...


Voyage au fil de l’aquarelle à Paris – juillet 2020

En cinq jours, je vous propose d’explorer Paris, l’espace urbain, les bâtiments et les habitants au fil du pinceau et de la couleur à l’aquarelle.
Chaque jour sera consacré à travailler un thème, sur le vif ; sous forme d’exercices découvertes.
Il s’agira d’apprendre à observer, analyser, interpréter et raconter sa propre histoire sur les lieux traversés.
Nous travaillerons, directement au pinceau, sans dessin préalable, sur un carnet de croquis. Nous explorerons les possibilités de l’aquarelle pour composer, cadrer, travailler le mouvement, explorer les valeurs et contrastes colorés, peindre avec le vide et apprendre à faire des choix.
Nous apprendrons à envisager l’espace en larges masses colorées plutôt qu’en lignes et en contours. Il s’agira d’être à l’écoute de son sujet pour en exprimer l’essence rapidement mais sans précipitation.
Notre outil principal sera le pinceau et nous travaillerons sur un carnet de croquis qui nous permettra de prendre des notes, réaliser des nuanciers et essais de couleurs, faire les exercices et aussi des dessins plus aboutis.
Nous ne nous encombrerons de faire un joli dessin ou d’obtenir un beau résultat. Il s’agira d’expérimenter, de se tromper, de faire des erreurs et de progresser dans la compréhension du geste, de la couleur, des valeurs et de la profondeur.
La totalité du stage se fera au pinceau et à l’aquarelle, sans dessin préalable. Il s’agira d’apprendre à composer directement au pinceau. Ainsi, ce stage n’est pas adapté aux grands débutants.

du lundi au vendredi de 10h à 17h (6 h par jour)
5 jours / 342 € TTC


renseignements et inscriptions à marionpro.rivolier[at]gmail.com

samedi 6 juin 2020

Solidarité pour et avec les artistes, les amis des artistes ...


Je participe au projet solidaire Les amis des artistes, permettant de soutenir la création artistique et d’aider les artistes durant la crise qu’ils traversent.

Je mets en vente 3 œuvres à moins de 500€.
L’acheteur verse 70 % du prix directement à l’artiste et les 30 % restants sur une cagnotte solidaire Leetchi au profit d’une association assurant leur distribution auprès d’autres artistes.

Cette 4ème opération (et dernière) jusqu’au 14 juin sera redistribuée à Artagon, projet à but non lucratif dédié aux étudiants en art et aux jeunes artistes européens, et plus précisément pour un dispositif spécialement mis en place en partenariat pour le covid-19..

Je propose trois aquarelles sur papier :
- n°1 : La Capricieuse de loin – Saint-briac – 30x40 cm / 450€
- n°2 : Vers le Décollé à travers le pin – Saint-briac – 30x40 cm / 450€
- n°3 : Les roches due Longchamp – Saint-briac – 30x40 cm / 450€

Contactez-moi en MP sur Instagram @marion_riviolier pour en savoir plus.




J'ai participé à l'opération n°2 pour le bureau d'aide social de La Maison des Artistes et j'ai vendu deux oeuvres. La gare de Lyon est encore disponible!


#lesamisdesartistes
#lesamisdesartistesdessin
#lesamisdesartistes500
#solidariteartistes
#aidepourartagon
#solidarite

jeudi 28 mai 2020

Saint-Briac en croquis, de ma fenêtre - résidence et exposition du 29 mai au 1er juin ...


Je suis en résidence en terre d’artistes pour « Saint Briac en croquis, de ma fenêtre » du 26 mai au 1er juin prochain aux côtés de trois talentueuse aquarellistes : Brigitte Lannaud Levy qui organise cette résidence, Delphine Priollaud-Stoclet et Marielle Durand.
Nous saisissons Saint Briac sur le vif et ses habitants à la pointe de nos pinceaux depuis « La Capricieuse » qui surplombe la plage de Longchamp au pied de la Garde Guérin.
Nous exposons nos travaux les 30,31 mai et 1er juin, salle des Halles, à Saint-Briac. Ils sont comme un impromptu créatif de bord de mer en cette période si singulière, imaginé dans le respect des mesures de déconfinement.

Merci à la mairie de Saint Briac qui soutient cette aventure et nous accueille pour cette exposition d’un monde d’après que nous réinventons ensemble, en couleurs.

[ Aquarelle et conception graphique ©Marion Rivolier ]

dimanche 24 mai 2020

Lockdown Diary - Reflets pour des autoportrait - Paris ...


10 mai 2020 - Jour 55
Quand on est confinée dans un petit appartement parisien sans balcon mais avec vue, on cherche à assigner des fonctions aux différentes pièces :
- Le bureau-atelier pour le travail avec ordinateur, table lumineuses, papiers et carnets.
- La chambre pour le sport (pilates et yoga) et pour dormir.
- La cuisine, pour tout le reste et notamment, les apéros avec les copains, les Directs sur Instagram et la cuisine, bien-sûr !

J’y ai aussi passé beaucoup de temps à y peindre. Ainsi, on retrouve beaucoup de légumes, fruits et plantes dans mon carnet de confinement. J’ai aussi tenté des compositions différentes qui mettent en scène mon reflet dans la fenêtre ouverte. Exercice très intéressant qui pousse à se regarder sans s’attarder aux détails.



3 mai 2020 - Jour 48
J’ai redécouvert mon évier que je trouve superbe lorsqu’il est couvert de légumes et d’ustensiles brillants aux multiples reflets. J’essaie de traiter ces compositions comme un espace de plus grande échelle. C’est pas parce que l’on est pas en extérieur que l’on doit peindre lentement. Je travaille le plus souvent en lumière naturelle donc je dois aller à son rythme.




2 mai 2020 - Jour 47
J’aime aussi cette plante, un peu grasse, qui a fait au fil des années, d’autres pousses que j’ai replantées et qui prennent finalement pas mal de place dans ma cuisine. Le rapport des différentes nuances de vert des feuilles joue parfaitement avec le rose-violine du dessous des feuilles. J’exprime le volume en jouant avec des contrastes de valeurs colorées. Les grelots du muguet se détachent en réserve sur ce fond dense.



6 mai 2020 - Jour 51

[aquarelles 21x60cm sur carnet Hahnemuhle aquarelle  - ©Marion Rivolier ]

#uskparisathome
#uskathome
#usk

lundi 18 mai 2020

Lockdown Diary - fond des mers du sud pour des natures mortes confinées - Paris ...


début avril 2020
vers le jour 15 / sur la table de la cuisine


Lorsque je commence un carnet, je peins toujours mon matériel et ma palette sur la première page. Cela permet de se souvenir du temps et du lieu de ce carnet. Lorsque l’on est en voyage, cette page peut-être un peu « exotique » avec quelques accessoires symboliques. Pour ce voyage particulier, dans mon intérieur confiné, j’ai établi un petit système simple : la boîte d’aquarelles, les pinceaux et les pinces sont sur un petit plateau aux motifs de flamands roses. Je le trimballe de pièces en pièces en fonction des sujets que je souhaite peindre.
J’utilise toujours la même gamme colorée, douze couleurs, White Nights de Nevskaya Palitra qui me permettent de créer tous les mélanges possible.
Ce vert d’eau de la table sera probablement un fond intéressant pour mettre en valeur les objets qui vont s’y retrouver au fur et à mesure des jours.


27 avril 2020 - 9h33
Jour 42 / sur la table de la cuisine


Ce matin, j’ai entamé le quatre-quarts avec mon café. Il reste quelques fraises que je mangerai plus tard. Je relève le challenge des Usk Talks de Urban Sketchers et Roisin Cure de peindre ce que l’on a cuisiné, directement à l’aquarelle, sans esquisse préalable. Le challenge ne sera pas de « peindre » pour moi mais plutôt le choix du sujet. Comment donner de l’intérêt à un simple gâteau, sans fioriture, ni décoration ? C’est la couleur de la table qui permet de mettre en valeur le cake : un jeu subtil de contrastes colorés, plutôt complémentaire (bleu-vert / ocre-orangé). Le blanc du papier circule par touches de tailles variées à l’intérieur de la composition. Les motifs de la vaisselle se déploient en arabesques de camaïeu de bleus.
Je trouve beaucoup de plaisir à construire l’espace « confiné » de cette nature-morte en essayant de lui insuffler un peu de vie et de vibration. Même si les espaces complexes me manquent, je parviens à trouver des compositions intéressantes dans des sujets anodins.
L’aquarelle est terminée, le café est froid…


9 mai 2020 - 10h42
Jour 54 / sur la table de la cuisine


Le Commandant Cuistot nous propose cette semaine un « Brunch à New-York » : Fluffy pancakes, healthy salad & thé chelou. J’ai simplement cuisiné les fluffy pancakes… Un peu galère, la cuisson mais bon, j’ai quelque chose de pas mal, notamment à peindre ! J’adore ces couleurs, ocre-jaune, orangé avec des ombres portées violacées. C’est intéressant de se rapprocher des détails et d’exprimer les mêmes contrastes colorés que dans un grand paysage. Je cherche des vibrations et des harmonies colorées dans ces sujets qui semblent si simples. Pourtant ils sont riches en couleurs. Je peins aussi rapidement que si j’étais en extérieur, il faut garder l’idée du mouvement et de la dynamique de la lumière pour ne pas tomber dans du « trop bien fait » ou « trop bien fini ». En général, cela plombe la composition et on perd l’expression vitale.

[aquarelles 21x60cm sur carnet Hahnemuhle aquarelle - ©Marion Rivolier ]

#uskparisathome
#uskathome
#usk