dimanche 12 août 2018

Rythme frénétique à Porto pour le Urban Sketchers Symposium / Part 1 ...


J’ai eu la chance, cette année encore, de donner des workshops au Urban Sketchers Symposium. Nous étions à Porto au Portugal. Je suis arrivée deux jours avant le début pour préparer mon cours, «Capturing space and people in the same gesture». Le première chose est de trouver l’emplacement idéal, des gens assis, debout, se déplaçant, un paysage urbain varié mais pas trop complexe, de l’ombre en cas de soleil brûlant et du calme, si possible… Délaissant le Ribeira, trop touristique, trop bruyant et trop ensoleillé, j’ai jeté mon dévolu sur l’arrêt de Tram qui semblait réunir tous mes désirs.



J’ai testé tous les exercices de mon workshop ainsi que ma démo, depuis plusieurs points de vue. J’ai aimé découvrir ces lieux par la capture des personnages : les touristes, les locaux, les travailleurs, serveurs, serveuses, conducteurs de bus,et quelques dessinateurs. Les couleurs de Porto commencent à émerger : une belle gamme de gris colorés rehaussée de rose, orange et jaune intenses. La couleur vert-bleu changeante du Douro est un beau contre-point pour faire chanter ces couleurs.



J’ai continué mon entraînement space and people in the same gesture, lors du Faculty Tour, dans les caves à Porto de Poças à Vila Gaïa de Nova de l’autre côté du Douro. Nous étions un cinquantaine de sketchers à goûter du porto et à dessiner les cuves, tonneaux et barriques dans une atmosphère humide et aux fortes vapeurs d’alcool. Je crois que nous étions un peu pompette à la fin de la visite.



Le soir même, nous avons eu la chance que la mythique Livraria Lello ouvrent uniquement pour nous. Cette librairie est superbe mais extrêmement complexe à peindre. Comment ne pas se peindre dans les détails des décorations et les centaines de livres ?



Le lendemain, pourquoi ne pas continuer dans la complexité avec le Ponte Luis I, construit par Gustave Eiffel ? C’est le premier Sketchwalk. Il y a 800 participants, un staff d’au moins 100 personnes et une tripotée de sketchers OFF. C’est assez hallucinant, tous les mètres, il y a quelqu’un en train de dessiner. Je ne sais pas combien de ponts ont été croqué mais ce serait intéressant d’en créer une galerie !
J’aime le rapport de la couleur bleu-gris du pont avec l’arrière-plan en couleurs chaudes. Le ciel est nuageux ce qui apporte une densité à la composition.

... à suivre ...

mercredi 25 juillet 2018

Fontaine, eau et sensualité par deux femmes artistes ...


Je continue mes peregrinations au fil de l'aquarelle sans chercher de fil conducteur entre mes différents travaux. Et c'est en rapprochant ces deux là, que je me suis rendue compte que c'était deux fontaines, traitées par des femmes artistes, étonnant, non?
A quelques jours d'intervalle, je me suis intéressée au même sujet:  le rapport d'une sculpture sensuelle et dynamique avec son environnement.
La première est la fontaine Stravinsky ou "fontaine des Automates", à côté de Beaubourg devant l'église Saint-Merri. C'est une oeuvre de Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely datant de 1983. Ce jour là, les jets d'eau étaient interrompus mais on ressentait le mouvement et l'énergie pensés par les deux artistes.


La deuxième est l'oeuvre de Laure Prouvost, "Ring, Sing and Drink for trespassing" au Palais de Tokyo jusqu'au 9 septembre prochain.
Il fait chaud, l'installation est sonore, on est entouré de bruissements, du clapotis de l'eau, des paroles des vidéos; c'est la création d'un véritable univers dans lequel on plonge. Le rapport entre les jets d'eau et les seins surdimensionnés créent à la fois de la sensualité mais aussi un certain malaise. C'est beau et dérangeant.

#aufildel'aquarelle
#croiseederegards
[ aquarelles 21x60 cm, sur carnet aquarelle Hahnemühle ]

mercredi 18 juillet 2018

Peindre au fil de l'aquarelle, sans préméditation ...


Parfois, on ne planifie pas, on marche, on arpente, on se perd, on se rapproche, on s'éloigne.
Il fait très chaud, on s'arrête pour boire un coup, à l'ombre, place Colette, à côté de la Comédie Française, en face de la station de métro décorée par Jean-Michel Othoniel. Ce jour là, c'est la Gay Pride, les hommes et les femmes sont habillés de couleurs vives qui se marient parfaitement avec les sphère de verre de l'artiste.
A droite, on peut voir une demi sphère en plastique transparent en cours de montage. Je verrais quelques jours plus tard qu'elle a servi à abriter une sorte de jardin sauvage.


Il semble que le motif du cercle ou de la courbe soit récurrent dans mon travail en ce moment.
A la fin de la deuxième journée du stage Au Fil de l'aquarelle, au parc de la Villette, que j'ai donné la semaine dernière, j'ai peint pour la première fois cette sculpture de Claes Oldenburg, cette roue de vélo surdimensionnée, enterrée dans la pelouse. Ce n'était pas planifié, j'ai tenté ce cadrage assez osé qui laisse apercevoir une folie de  Bernard Tschumi en arrière plan

#aufildel'aquarelle
#croiseederegards
[ aquarelles 21x60 cm, sur carnet aquarelle Hahnemühle ]

jeudi 12 juillet 2018

On grille sur le toit de la piscine! ...


C'est le retour des bronzeurs paresseux sur le toit de la piscine de Ménilmontant... Ils se dorent la pilule sans craindre les coups de soleil malgré la réverbération brûlante sur les carreaux de verre du toit.
Ils risquent de finir comme des poulets rôtis!

Cette composition est un peu spéciale car elle a été faite en trois temps, trois jours sur les 30 du mois de juin pour entrer dans le challenge #30x30directwatercolor2018. Ainsi de jour en jour, j'ai opéré une sorte de zoom, du plus éloigné à gauche jusqu'au plus large à droite.

[ aquarelles 21x60 cm, sur carnet aquarelle Hahnemühle ]

mercredi 4 juillet 2018

Ambiance joyeuse et chaleureuse à la librairie portugaise ...


Il y a quelques jours, nous avons été accueillis magnifiquement par Corinne dans la librairie portugaise et brésilienne, rue des Fossés Saint Jacques à Paris. Mathieu, Claire, Hélène, Brigitte (qui a organisé cette rencontre Usk Paris parfaitement), Louis, Lydia, Agnès, Zeca, Marta, Marine, et tous les autres ont dessiné chacun des livres de cette merveilleuse librairie!
Merci encore, c’était vraiment un chouette moment.


[ aquarelles 21x60 cm, sur carnet aquarelle Hahnemühle ]

mercredi 27 juin 2018

L'aquarelle en ballon, une première! ...


J'ai fait une surprise à mon ami en lui offrant un tour de ballon dirigeable pour son anniversaire.
C'est en prenant les billets au parc André Citroën, que j'ai réalisé que j'allais aussi devoir monter dans la ballon... Sujette au vertige, je ne me sens pas particulièrement bien en "hauteur" mais bon, c'était un cadeau alors nous y sommes allés!
J'avais préparé mon matériel : boîte d'aquarelle fixée avec des pinces sur mon carnet et un pinceau à réservoir pour ne pas avoir à gérer l'eau. J'ai eu raison de préparer le minimum car il y a très peu de place dans le ballon, les gens se répartissent régulièrement le long de la couronne extérieure protégée. Au centre, il y a un large trou par lequel se déroule le câble.
Et voilà, on décolle et je commence à peindre, je suis presque en équilibre, j'ai du mal à me stabiliser mais je persévère, je tente de capturer un panoramique de Paris, vu du ciel.
Le pilote me dit qu'en 30 ans de vol, il n'a jamais vu cela, quelqu'un peindre en vol. Il prolonge un peu pour que je puisse "terminer" mon travail. C'est sympa mais une dizaine de minutes ne permet pas de peindre tout Paris!
Le résultat (aquarelle du haut) n'est pas fantastique mais il garde la trace de ce moment inédit et fort; et c'est, bien sûr, le plus important!
J'ai complété ma page quelques minutes plus tard avec un panoramique du parc et le ballon en vol.

[ aquarelle 21x60 cm, sur carnet aquarelle Hahnemühle ]

jeudi 21 juin 2018

Menorca Millennials versus 30x30 Direct Watercolor - part 3 ...


Day 3
N’étant pas encore allée à la piscine du Resort, je prends mon matériel et mon maillot de bain pour tester l’eau, tant sa température que sa couleur et ses reflets.
Mes modèles ne sont pas très coopératifs, certains sont au téléphone d’autres s’enduisent de crème solaire mais ils bougent sans arrêt. Il faut capturer leur attitude au premier coup de pinceau.
Le reflet dans l’eau de la piscine est captivant. Je me rends compte que c’est une des premières fois que je travaille ce sujet. Évidemment, je pense à David Hockney et à sa série Californian Swimming Pools

Puis je vais faire mes dernières brasses dans la mer et les dernières aquarelles de personnages sur la plage. J’aime les attitudes lascives de certains. D’autres sont complètement détendus, offerts aux rayons cruels du soleil. Ils sont tellement rouges qu’on a l’impression qu’ils sortent de la rôtisserie!
On pense que c’est facile de dessiner les gens sur la plage car ils ne « bougent » pas. Détrompez-vous, ils sont sans arrêt en train de se retourner pour faire cuire telle ou telle partie de leur corps. Il faut donc être sur le coup, rapide et alerte pour capturer au pinceau du premier coup la bonne attitude.

Puis départ pour l’aéroport!
Adiós Menorca!

dimanche 17 juin 2018

Menorca Millennials versus 30x30 Direct Watercolor - part 2 ...


Day 2
J’ai décidé de partir à la découverte de la forêt. Je trouve le GR rapidement et commence à le suivre. Il fait chaud. On doit se protéger du soleil. Je trouve un beau point de vue où la gamme de verts s’étend du jaune d’or au violet foncé. On retrouve la flèche bleue de Menorca Millenials. Les troncs deviennent argentés dans la lumière de fin de matinée.


La veille, j’avais repéré un petit coin de paradis, je décide d’y retourner pour m’y baigner et peindre. Au bout d’une demie heure de marche, je descends dans cette petite crique avec un arbre solitaire. La vue est splendide mais malheureusement envahie par des bateaux. C’est dommage. Je la peins quand même en me focalisant sur la couleur de l’eau et des roches et en oubliant complètement les bateaux.


La soirée d’adieu de MM a lieu aux Salines Noves de Fornells. Construites au 19ème siècles, elles ont été réhabilitées en 2012 par Isabel qui produit depuis de la Fleur de Sel, processus totalement naturel dû à l’évaporation de l’eau dans les bassins. Nous sommes comme au bout du monde. Le lieu est magique, avec les reflets et couleurs des salines.

... à suivre ...

mercredi 13 juin 2018

Menorca Millennials versus 30x30 Direct Watercolor - part 1 ...

Parfois deux événements se croisent, ont lieu au même moment.
Début juin, c’était le cas.
Un nouveau challenge « 30x30 direct watercolor » proposé par Marc , Liz, Suhita, Ulma et Anne Laure : peindre 30 aquarelles en 30 jours, mais surtout peindre directement au pinceau, sans esquisse préalable. Quelle chance, c’est ma spécialité. Le challenge ne sera donc pas pour moi, la manière mais plutôt de prendre le temps de peindre une aquarelle par jour !
Belle coïncidence, j’ai programmé un court voyage sur l’île de Minorque, réserve de biosphère des Nations Unies, début juin. Je ne connais pas l’île et je n’ai pas de but précis. Juste, marcher, découvrir, explorer. Et aussi se baigner. J’accompagne mon ami pour une conférence, Menorca Millennials, le premier décélérateur de Stat-Up qui est consacré, cette année, au développement durable. C’est le lieu pour ralentir, entrer en contact avec la nature, approfondir les valeurs et les objectifs essentiels, faire du réseautage et se sentir soutenu.


Day 1
Le premier jour, je pars en repérage. Le temps est mitigé, de beaux nuages se forment et les couleurs des roches et de la mer sont splendides. Je me doute que je vais avoir quelques problèmes avec la pluie. Sans tarder, je tente de saisir au pinceau cette rocaille découpée par les flots. C’est magnifique je n’en ai vu nulle part de pareilles.


La deuxième est comme une sculpture, une véritable installation de roches et d’eau. J’ai l’impression de peindre des gammes musicales . Cela me fait penser à certaines œuvres du peintre František Kupka dont le Grand Palais propose une rétrospective en ce moment.
Je suis interrompue par une très forte pluie, je dois rentrer …


Plus tard dans la journée, je peins abritée , il pleut fort et il fait froid. Les lumières sont plus grises, les verts un peu éteints mais on sent la dune qui se déploie.


Quelques heures plus tard, le soleil est de retour, après une longue ballade vers Castel .... je repasse par la plage. Je me régale à capturer les baigneurs et les bronzeurs paresseux. Apparemment cette année la mode est aux slips de bain très échancrés qui laissent voir les fesses rebondies !


Je clos la journée par une aquarelle de l’Happy Hour offerte par Send Grid. Je commence à reconnaître certains des participants de Menorca Millennials : le staff, les Start-Up, les Experience Makers et les Alumni. Heureusement que certains portent les tee-shirts bleu siglés. On retrouve le bleu turquoise par petites touches un peu partout dans mon aquarelle. Certains se reconnaissent dans mon dessin et semblent ravis d’avoir été capturés ainsi.
... à suivre ...

lundi 4 juin 2018

Couleurs et valeurs pour la 8ème session d'Usk 10x10 à Paris ...


Pour le 8ème cours Usk 10x10, j'ai choisi la berge sous la Cité de la Mode et du Design à Paris. On a une belle vue sur la Seine et la rive droite avec un mélange entre constructions modernes et pittoresques.
J'ai donné ce cours avec Anne Carles. Notre sujet était "Un lieu en valeurs colorées"
En se focalisant sur les valeurs, il s'agit de comprendre comment les valeurs colorées peuvent créer profondeur et volume. En plissant les yeux, on ne s’attache plus aux détails et on ne retient que l’essentiel des formes et des valeurs.


Premier exercice en monochrome pour apprivoiser son sujet : à gauche, Laurent travaille en valeurs chaudes et froides et à droite, Delphine s'attaque aux plans successifs en valeurs froides.


En début de séances, nous avons apprivoisé nos couleurs en les mélangeant pour obtenir des couleurs d'ombre. Cela donne de beaux nuanciers de violets, bruns colorés et bleus profonds, un vrai régal!
A droite, Marion crée une superbe harmonie de couleurs et valeurs chaudes pour exprimer les plans successifs du paysage urbain.


Merci à tous pour votre participation, c'était une belle séance!

mercredi 30 mai 2018

Dernier tour de roue à la Concorde ...



Depuis la rive gauche, on a une vue splendide sur la Seine, le pont de la Concorde et la Grande Roue... Le soleil brillait samedi dernier, le ciel était d'un splendide bleu azur. La Grande Roue se découpait en blanc, en réserve sur le lavis bleu du ciel. Ce n'est qu'après plusieurs minutes de peinture, que je me suis rendue compte, qu'il ne restait que quelques cabines sur la roue. En effet, des ouvriers avec grues et engins de levées, étaient en train de démonter la roue...

[ aquarelle 21x60 cm, sur carnet aquarelle Hahnemühle ]

samedi 26 mai 2018

C'est l'Enfer au musée du Quai Branly! ...


L'autre jour, j'ai voulu visiter l'exposition Enfers et fantômes d'Asie au musée du Quai Branly-Jacques Chirac. Mal m'en a pris! Malgré l'avertissement, je ne me suis pas assez méfiée; cette exposition est pleine d'objets et de représentations effrayantes et monstrueuses.
Certaines pièces anciennes, sculptures, estampes, masques ou peintures sont magnifiques mais d'autres, plus contemporaines, sont vraiment difficiles à regarder.
J'ai quand même voulu dessiner un peu, j'ai utilisé des pinceaux à encre, crayons de couleurs et stylo plume pour capturer les fantômes. J'ai travaillé dans l'obscurité, sans vraiment voir ce que je faisais.
Finalement, c'est assez représentatif de l'ambiance ténébreuse de l'expo!

[ aquarelle 21x60 cm, sur carnet aquarelle Hahnemühle ]

mardi 22 mai 2018

Arpenter la rue Myrha, entre librairie et marchés colorés ...


Ce qui est chouette avec le groupe Urban Sketchers Paris, c'est que l'on découvre des quartiers que l'on fréquente pas ou peu. Je passe souvent à vélo dans le 18ème arrondissement, mais je m'arrête rarement. La semaine dernière, à l'invitation de Brigitte Lannaud Levy, nous avons découvert une nouvelle librairie, la Régulière, rue Myrha. Ouverte, lumineuse et colorée, cette librairie propose un grand choix de livres illustrés mais propose aussi du thé et du café (avec quelques cookies et autres cake faits maison), des expos et des ateliers. On peut s'y installer pour lire, découvrir de nouveaux ouvrages ou simplement travailler sur son ordi.
Après avoir commandé un café et offert un autre café pour quelqu'un qui ne peut se l'offrir (tradition napolitaine du "café suspendu"), je me suis attaquée à la vitrine sur rue, avec en arrière-plan, la mercerie générale et ses fils colorés.


Après avoir déjeuné à la Cantine Myrha (bio et écolo, que je dessinerai sûrement bientôt), nous nous sommes baladées dans la Goutte d'Or. Assise sur une palette en bois, entre des caisses de poissons et de bananes, j'ai capturé l'effervescence de la rue. Les passants ont été particulièrement charmants, attentifs à ce que nous faisions, curieux mais respectueux.

[ aquarelle 21x60 cm, sur carnet aquarelle Hahnemühle ]

vendredi 18 mai 2018

Dessiner et danser au musée Rodin ! ...


De passage au musée Rodin la semaine dernière, je suis tombée par hasard sur l'annonce suivante:
10 juillet 1906, Rodin s'extasie devant la beauté des danseuses cambodgiennes, venues accompagner le roi Sisowath lors de son voyage officiel en France. L'artiste les suit jusqu'à Marseille pour pouvoir les dessiner sans relâche jusqu'à leur départ le 20 juillet.
Le 13 mai 2018, faites comme l'artiste ! À l'occasion de la venue du Ballet royal du Cambodge au mois de mai, venez dessiner des danseuses cambodgiennes dans le jardin du musée Rodin.

L'événement était complet mais je n'ai pas pu résister à venir quand-même! J'ai eu raison car il y avait des places libres et j'ai pu profiter du merveilleux spectacle offert par trois danseuses du Ballet royal du Cambodge. Transies de froid dans leur costume d'or et de soie cousus directement sur elles, elles nous ont offert quelques moments du spectacle. Puis elles ont proposé des mouvements figés pour qu'on puisse les dessiner.


Qu'elles soient immobiles ou en mouvement, mon pinceau n'a pas arrêté de courir sur le papier pour tenter de capturer la beauté et la grâce de leurs postures. Chaque mouvement est composé avec le corps complet dans des gestes étonnants et poétiques.


Cet atelier dessiné était aussi filmé par Xavier de Lauzanne pour un documentaire, "La Beauté du geste" qu'il fait sur le Ballet royal du début du siècle à aujourd'hui. Après le départ des danseuses, j'ai été interviewée sur mes impressions sur ce moment partagé de création.

J'ai passé un magnifique moment, suspendu dans l'espace et le temps de la création et du dessin.

« Ces danses monotones et lentes, qui suivent le rythme d’une musique trépidante, ont une extraordinaire beauté, une beauté parfaite… [Les Cambodgiennes] m’ont appris des mouvements que je n’avais encore rencontrés nulle part… ». Auguste Rodin

lundi 14 mai 2018

Je continue à traquer les oeuvres d'art ...


Malgré la publication de "Croisée de regards", je continue à traquer les oeuvres d'art, ici ou ailleurs.
Sur la Barceloneta, c'est la sculpture de Rebecca Horn qui semble bousculée par les rafales de vent. je suis sur la plage, le ciel est menaçant mais magnifique et le vent menace d'emporter mon matériel à chaque instant. J'aime la couleur de l'acier Corten de la sculpture qui dialogue avec le ciel aux nuances orange et violettes. Soudain, les palmiers paraissent incongrus dans cette ambiance plutôt sombre.


Un peu plus loin, à l'abri dans un café couvert, je m'intéresse à la sculpture d'Alfredo Lanz. La lumière est fantastique, elle crée des rapports colorés, chauds et froids, étonnants. Plus j'avance dans la peinture, plus le ciel se dégage... A la fin, il est bleu azur.


La peinture de la place de Catalogne n'est pas vraiment une oeuvre d'art. Mais, vue de haut, elle le devient pour moi. Les ombres des passants et promeneurs jouent avec les grands cercles rouges et bleus. Parfois, changer de point du vue donne à voir différemment un lieu ou une situation.

[ aquarelle 21x60 cm, sur carnet aquarelle Moleskine ]

jeudi 10 mai 2018

Watermarks & friends à la Barceloneta ...


Invitée par Swasky et Isabel Carmona à donner un workshop à Barcelone dans le cadre de Pushing Your Sketching Boudaries, j'ai eu peu de temps pour peindre. Beaucoup de travail, beaucoup d'anglais, de catalan et d'espagnol, le tout arrosé d'un peu de français.
J'ai choisi cette vue (aquarelle ci-dessus) pour l'une des deux sessions de mon cours, directement sur la plage de la Barceloneta. Peindre les pieds (nus) dans le sable, c'est plutôt agréable.


A la fin de chaque journée, les groupes se retrouvent pour boire un verre et dessiner (si ils en ont encore la force). C'est la seule aquarelle que j'ai pu faire durant les trois jours de workshop: j'ai rapidement capturé les attitudes de Len, Adams, Jeff, Nicko, Nathalie et Swasy au Futbal bar dans le parc de la Barceloneta.


Le dimanche, nous avons eu la chance de faire un SketchCrawl avec les Usk Barcelona. Santi Sallès a passé la journée avec nous. Nous avons beaucoup parlé dessin et matériel, mais il nous a aussi baladé dans Barcelone. Et bien sûr, nous avons déjeuné, entre 15 et 17h, dans un superbe restaurant de Tapas où Santi nous a fait une démonstration de "Tapas Drawing", sa spécialité! Un vrai régal, dans tous les sens du terme.

[ aquarelle 21x60cm, sur carnet Moleskine aquarelle ]

lundi 7 mai 2018

Stage "Voyage au fil de l'aquarelle" à Paris du 2 au 6 juillet 2018 ...



Je vous propose un stage d'aquarelle, "Voyage au fil de l’aquarelle à Paris", du 2 au 6 juillet 2018.
En cinq jours, il s'agit d’explorer Paris, l’espace urbain, les bâtiments et les habitants au fil du pinceau et de la couleur à l’aquarelle. Chaque jour sera consacré à explorer un thème ; le matin sous forme d’exercices découvertes et l’après-midi par l’application des notions vues le matin, dans la mise en œuvre de son point de vue. Il s’agira d’apprendre à observer, analyser, interpréter et raconter sa propre histoire sur les lieux traversés.
Vous pouvez consulter le programme détaillé de la semaine, ici.
Les inscriptions se font directement sur le site d'un atelier à l'autre.
Au plaisir de partager cette semaine d'aquarelle avec vous.
#workshop
#watercolor


jeudi 26 avril 2018

Sheila Hicks peint l'espace en fils et en couleurs au Centre Pompidou ...


L’autre jour, je passe devant le Centre Pompidou et je devine, à travers les vitres, de grosses formes rondes blanches, jaunes, orange et rouges. Cela semble doux et mou. On a envie de s’y allonger. Il me semble avoir déjà vue une œuvre du même type, à la Biennale de Venise, peut-être ou au Palais de Tokyo à Paris. En la peignant depuis l’extérieur, je prends le temps de l’observer. J’aime son aspect aérien malgré sa monumentalité et le jeu de dégradé, de camaïeu de couleurs.


A l’intérieur de l’exposition, elle est différente, plus dense, colorée, ancrée dans la sol.
Sheila Hicks est peintre, elle peint avec ses doigts sur des toiles, des tissus, elle les couds, elle les perce, elle les écorche. Elle les tresse, elle construit l’espace avec des fils, elle le sculpte avec des ballots de matières textiles, de laines, de couleurs. Elle compose l’espace et elle le fait vibrer en couleurs, en textures et en lumières.


Le sens du fil est important. Le fil prend la lumière différemment en fonction du sens, vertical ou horizontal Si on le regarde de face, c’est différent que si on le regarde en marchant. Le mouvement du visiteur donne vie au motif, à la couleur et à la lumière

samedi 21 avril 2018

Ateliers et expo à Saint-Céré / 2ème partie ...


Dans le cadre du festival Carnet de voyages du Lieu Commun, Cathy, Elsie et moi, intervenons aussi dans les écoles pour donner des ateliers aux élèves. Le thème de mon atelier est « Dessiner son point de vue sur un lieu » : qu’est-ce que l’on raconte ? Comment on le met en forme ? Sur quel type de carnet, etc ? Nous avons évidemment dessiné et peint en extérieur, ce qui a d’abord étonné les enfants mais qui les a ravi ensuite ! Le samedi matin, j’ai travaillé avec eux autour de l’église Sainte Spérie de Saint-Céré. Je les ai croqué rapidement au fur et à mesure de la séance, ils ont ensuite écrit leur prénom à côté de leur « portrait ».



Pendant toute la semaine, nous exposons à La Maison des Consuls sur la place du Mercadial. J’ai croqué une partie de ma salle d’exposition où je présente mon projet « Croisée de regards », chronique peinte et écrite autour des arts et des artistes. C’est un voyage au coeur de la création artistique, en mouvements et en couleurs.
Nous avons passé une très belle semaine avec un accueil exceptionnel des adhérents du Lieu Commun. Si vous avez l’occasion de voyager dans le Lot, n’hésitez pas à aller dessiner avec eux : ils se retrouvent un dimanche par mois pour dessiner ensemble l’architecture et les paysages magnifiques de la région.


Dernier regard sur le Château de Castelnau...

mardi 17 avril 2018

Une riche semaine à Saint-Céré / 1ère partie ...


Je viens de passer une belle semaine à Saint-Céré dans le Lot. L’association Le Lieu Commun y organise depuis cinq ans une exposition de “Carnet de voyage” avec le travail de trois artistes. Cette année, c’est Cathy Beauvallet, Elsie Herberstein et moi.
La météo n’est pas au rendez-vous. Mais le temps, frais et nuageux, a pour avantage que les gris colorés des nuages font ressortir la chaleur de la pierre calcaire des châteaux et bâtisses de la région. Le musée Jean Lurçat, château médiéval, un peu en ruines, est magnifique sur le sommet de la colline verdoyante. J’ai aimé jouer avec cette gamme de rouge-orangés et rose.



Beaucoup de chaleur aussi lors du déjeuner hebdomadaire du mercredi: nous sommes 26 à déguster soupe de pois, légumes, Cabecou et riz au lait à la lavande. Au Lieu Commun, tout est bio et la plupart des adhérents sont écolo. Les discussions nous font découvrir les problèmes des agriculteurs, la réintroduction du saumon dans les rivières lotoises et les questions autour des usines de méthanisation. Mais nous parlons aussi dessin car certains croquent la région en noir et blanc ou en couleurs.



Le soir même, Cathy et Elsie proposent une conférence sur le thème du « carnet de voyage » depuis les dessins de Léonard de Vinci, en passant par les peintres de la Marine jusqu’au dessin contemporain. C’est un voyage géographique, historique mais aussi sociétal et militant parfois. En ce moment, deux jeunes migrants exposent leurs carnets au MIAM à Sète.


Elles sont passionnées par leur sujet et la partie qui concerne le dessin pendant la Seconde Guerre Mondiale, où une petite fille de 12 ans, Helga Weissova, emprisonnée à Terezin, dessine, écrit et décrit chaque jour, sur de petits bouts de papier, ce qui se passe dans le camp, est incroyablement émouvante.